Aller au contenu principal

Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

© D. Poilvet

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'engagent à mettre sur le marché des porcs charcutiers issus d'élevages ayant arrêté la castration des porcelets. Elles appliqueront cette mesure à compter du 1er janvier 2022. "Le prix de base sera un prix moyen s'appliquant à une population de porcs femelles et de mâles entiers", et non de mâles castrés comme c'est le cas actuellement. Les groupements soulignent que les odeurs des carcasses de porcs mâles entiers devront "être mesurées en abattoir sous la responsabilité d'Uniporc-Ouest". Ils proposent que les coûts afférents à ce contrôle qualité soient financés via une cotisation dédiée portant sur les porcs charcutiers issus d'élevages ayant arrêté la castration.

Cette déclaration d'intention fait suite à la volonté du ministre de l'agriculture, Didier Guillaume, d'interdire la castration chirurgicale à vif des porcelets mâles à partir du 31 décembre 2021. L'une des solutions envisagée est la castration sous anesthésie. Mais, selon les ingénieurs de l'Ifip-institut du porc qui l'ont testée, elle n'est pas efficace à 100%. L'arrêt de la castration a pour avantage de supprimer une manipulation astreignante des porcelets en maternité, et de préserver leur intégrité physique. Elle permet d'améliorer les performances techniques en engraissement, en diminuant notamment l'indice de consommation et en améliorant le taux de muscle. Mais le risque de carcasses présentant des odeurs sexuelles est bien réel, ce qui nécessite leur détection à l'abattoir. À ce jour, seul la technique du "nez humain"  est au point. Elle est utilisée en routine dans les abattoirs de la Cooperl et se développe au Pays-Bas.  Reste à savoir si les abattoirs qui ne sont pas encore passés au mâle entier l'accepteront.

(1) Agrial, Eureden, Elpor, Evel'up, GRPPO, Porcineo, Porélia, Syproporcs, Porveo, Porc Armor Evolution.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La végétation (ici un mélange moha –trèfles) est bien consommée par les animaux.
Un éleveur bio expérimente le pâturage des porcs charcutiers
Carl Sheard est éleveur de porcs bio dans la région des Pays de la Loire. Il expérimente la pratique du pâturage des porcs en…
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
L’EARL de la Foutelais approvisionne la société Bordeau Chesnel en porcs charcutiers engraissés dans un bâtiment alternatif de…
Le nouveau bloc maternité de la Scea Binard se compose de deux salles de 90 places équipées de cases maternité « bien-être » pour un investissement total de 7 200 euros par place (dont un surcoût lié au terrassement).
Deux salles maternités de 90 places de truies conçues pour le confort de travail
La Scea Binard vient d’investir dans un bâtiment maternité doté de deux grandes salles de 90 places. Les associés de l’…
Les éleveurs ont construit une fosse de réception en béton d’une capacité de 15 tonnes. Les céréales sont reprises par une vis de diamètre 160 mm puis par un élévateur à godets qui les envoie vers les trois cellules de stockage.
"Nous baissons le prix de nos aliments porcs grâce à notre fabrique à la ferme"
Philippe et Guillaume Vasseur fabriquent les 800 tonnes d’aliments annuels nécessaires pour leur atelier de multiplication de 130…
Kevin et Benjamin Coupu ont saisi l’opportunité d’un nouveau débouché de valorisation pour investir dans un bâtiment d’engraissement alternatif de porcs sur paille avec un raclage en V des déjections.
Jeune installé en porc : « Devancer les contraintes pour en faire des opportunités »
Kevin et Benjamin Coupu sont installés depuis 2018 sur l’exploitation familiale. Ils ont repris en complément une ferme voisine…
Sylvain Serandour. «L’été, en début de soirée, les cochons sont nombreux à venir profiter de la fraîcheur de la courette.»
Les cochons valident leur bâtiment bien-être
Un an après la mise en route de leur engraissement alternatif de 1 200 places, Sylviane et Sylvain Serandour se disent satisfaits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)