Aller au contenu principal

Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

© D. Poilvet

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'engagent à mettre sur le marché des porcs charcutiers issus d'élevages ayant arrêté la castration des porcelets. Elles appliqueront cette mesure à compter du 1er janvier 2022. "Le prix de base sera un prix moyen s'appliquant à une population de porcs femelles et de mâles entiers", et non de mâles castrés comme c'est le cas actuellement. Les groupements soulignent que les odeurs des carcasses de porcs mâles entiers devront "être mesurées en abattoir sous la responsabilité d'Uniporc-Ouest". Ils proposent que les coûts afférents à ce contrôle qualité soient financés via une cotisation dédiée portant sur les porcs charcutiers issus d'élevages ayant arrêté la castration.

Cette déclaration d'intention fait suite à la volonté du ministre de l'agriculture, Didier Guillaume, d'interdire la castration chirurgicale à vif des porcelets mâles à partir du 31 décembre 2021. L'une des solutions envisagée est la castration sous anesthésie. Mais, selon les ingénieurs de l'Ifip-institut du porc qui l'ont testée, elle n'est pas efficace à 100%. L'arrêt de la castration a pour avantage de supprimer une manipulation astreignante des porcelets en maternité, et de préserver leur intégrité physique. Elle permet d'améliorer les performances techniques en engraissement, en diminuant notamment l'indice de consommation et en améliorant le taux de muscle. Mais le risque de carcasses présentant des odeurs sexuelles est bien réel, ce qui nécessite leur détection à l'abattoir. À ce jour, seul la technique du "nez humain"  est au point. Elle est utilisée en routine dans les abattoirs de la Cooperl et se développe au Pays-Bas.  Reste à savoir si les abattoirs qui ne sont pas encore passés au mâle entier l'accepteront.

(1) Agrial, Eureden, Elpor, Evel'up, GRPPO, Porcineo, Porélia, Syproporcs, Porveo, Porc Armor Evolution.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

 © J.Guichon
Une éleveuse aux petits soins pour ses truies
Parler, toucher, caresser, gratter… un véritable programme de thalassothérapie attend les cochettes et les truies de Cindy Da…
 © D. Poilvet
Cinq points clés pour sevrer les porcelets sans artifices
Philippe Heughebaert et sa cheffe d’élevage Marion Fortin ont mis en place une conduite d’élevage rigoureuse pour permettre à…
Des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Nombre de porcs mâles entiers abattus par pays en Europe (en million)  © Ifip
Un tiers des porcs mâles élevés en Europe n’est pas castré
L’Ifip estime le nombre de porcs mâles non castrés en Europe à 45 millions en 2020, en progression de 30 % depuis cinq ans.
Le bâtiment est conçu pour apporter un maximum de lumière naturelle. © B. Plesse
Un élevage bien-être Cooperl pour approvisionner Bordeau Chesnel

« Maximiser le bien-être animal et minimiser son impact environnemental », tels sont les deux engagements forts…

Carcasse de porc entier (à gauche) et vacciné (à droite). La viande de la seconde est plus rose avec plus de gras.  © Tummel
Un abattoir allemand choisit la vaccination pour remplacer la castration à vif des porcelets
À partir du 1er janvier 2021, les naisseurs allemands auront interdiction de castrer leurs porcelets mâles à vif. Ils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)