Aller au contenu principal

Des carcasses lourdes pour rentabiliser l'engraissement

A Joué-en-Charnie dans la Sarthe, Philippe Lecornué a construit 960 places de post-sevrage et 2040 places d’engraissement. La production de porc Maggiore lui permettra d’optimiser le bâtiment en vendant des carcasses plus lourdes.

© dp
Sept euros de marge supplémentaire par porc par rapport à une production standard, 60 tonnes de viande produites de plus avec le même bâtiment pour 6 000 porcs charcutiers. Ce sont les objectifs visés par Philippe Lecornué, éleveur à Joué-en-Charnie dans la Sarthe. Son nouveau bâtiment, dans lequel il engraissera la totalité des porcelets issus de ses 220 truies, est destiné à produire du porc Maggiore, un porc lourd dont la production est gérée par son groupement Porc Armor Evolution, en partenariat avec les abattoirs Bernard. « On améliore la rentabilité de l’engraissement en baissant le coût du kilo de croît, et en augmentant le nombre de kilos vendus », rappelle l’éleveur. « En construisant ce bâtiment pour produire du porc Maggiore, j’agis sur ces deux leviers. » Philippe Lecornué compte avant tout sur des croissances élevées entre le sevrage et la vente. « Grâce à un GMQ sevrage-vente supérieur de 93 grammes à la moyenne nationale, les éleveurs de porcs Maggiore vendent des carcasses dix kilos plus lourdes que les porcs standard avec une durée d’engraissement identique », affirme François Mahé, commercial Porc-Armor Evolution dans la Sarthe. L’éleveur compte également sur sa technicité pour optimiser les performances de son élevage. Avec notamment 12,5 porcelets sevrés par portée, les résultats techniques de la partie naissage prouvent la compétence de l’éleveur. « En engraissement comme en naissage, ce sont les petits détails qui font la différence. » C’est pourquoi Philippe Lecornué a conçu un bâtiment d’engraissement « au top ». La gestion de l’ambiance a pris une place importante dans le cahier des charges, avec une entrée d’air par un comble unique, une diffusion dans les salles par un plafond perforé surmonté de laine de verre, et une extraction centralisée. Cette centralisation lui a permis d’installer un échangeur de chaleur qui transfère les calories de l’air sortant vers le flux d’air entrant. « Cet échangeur permet bien sûr d’économiser du chauffage. Mais son retour sur investissement se fera essentiellement par le gain de performance en post-sevrage, grâce à la meilleure ventilation permise par le préchauffage de l’air entrant », estime-t-il. Dans le couloir central du bâtiment, une bascule est utilisée pour évaluer les performances de croissance des animaux. « Je fais des pesées à 21 jours après le sevrage, puis sept semaines après, et toutes les trois semaines en engraissement, pour ajuster le plan d’alimentation de la machine à soupe au poids réel des porcs. » Malgré une progression très forte de 32 grammes par jour, et un plafond fixé à trois kilos, les auges sont vides, preuve que les animaux absorbent sans peine ce plan d’alimentation poussé. « Une condition essentielle pour qu’ils soient validés Maggiore », rappelle l’éleveur. Le bâtiment construit entre novembre 2011 et juin 2012 a coûté 1,01 million d’euros, soit 240 euros par place de post-sevrage et 377 euros par place d’engraissement. Le parcours de l’éleveur depuis son installation a facilité l’acceptation du dossier par la banque. « Le jumelage avec des post-sevreurs- engraisseurs jusqu’en 2005, puis l’engraissement de mes porcelets à façon m’ont permis d’acquérir progressivement un fond de roulement. » Pour Philippe Lecornue cet investissement constitue une étape décisive dans le développement de son exploitation, qu’il gère avec sa femme et un jeune salarié qu’il a lui-même formé. « Avec des engraissements extérieurs, je ne pouvais pas optimiser le coût de production. En engraissant mes porcelets sur mon exploitation, je peux agir directement sur leurs performances et optimiser la plus- value apportée par le porc Maggiore », conclut-il.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

 © D. Poilvet
Cinq points clés pour sevrer les porcelets sans artifices
Philippe Heughebaert et sa cheffe d’élevage Marion Fortin ont mis en place une conduite d’élevage rigoureuse pour permettre à…
 © J.Guichon
Une éleveuse aux petits soins pour ses truies
Parler, toucher, caresser, gratter… un véritable programme de thalassothérapie attend les cochettes et les truies de Cindy Da…
Des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Nombre de porcs mâles entiers abattus par pays en Europe (en million)  © Ifip
Un tiers des porcs mâles élevés en Europe n’est pas castré
L’Ifip estime le nombre de porcs mâles non castrés en Europe à 45 millions en 2020, en progression de 30 % depuis cinq ans.
Le bâtiment est conçu pour apporter un maximum de lumière naturelle. © B. Plesse
Un élevage bien-être Cooperl pour approvisionner Bordeau Chesnel

« Maximiser le bien-être animal et minimiser son impact environnemental », tels sont les deux engagements forts…

Carcasse de porc entier (à gauche) et vacciné (à droite). La viande de la seconde est plus rose avec plus de gras.  © Tummel
Un abattoir allemand choisit la vaccination pour remplacer la castration à vif des porcelets
À partir du 1er janvier 2021, les naisseurs allemands auront interdiction de castrer leurs porcelets mâles à vif. Ils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)