Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Vacciner, c’est rentable !

La vaccination réalisée correctement peut permettre d’éviter de lourdes pertes et se révèle donc rapidement intéressante pour l’économie de l’exploitation.

La prévention par la vaccination permet de limiter le recours aux traitements curatifs, notamment aux antibiotiques, et garantir de bonnes performances techniques. Mais on ne pourra jamais vacciner contre toutes les maladies susceptibles d’affecter les ovins. Un plan de vaccination se met en place en fonction des caractéristiques de chaque élevage. Les données épidémiologiques locales et le bilan sanitaire doivent guider dans le choix des vaccinations qui doivent s’intégrer dans un plan global de maîtrise des risques : ambiance, alimentation, parasitisme… Lors d’une mini-conférence donnée à Tech-Ovin, Thibault Jozan du laboratoire MSD Santé animale a montré qu’en respectant ces considérations, la vaccination présentait un intérêt économique indéniable.

Sept fois plus d’agneaux vivants chez les femelles vaccinées

La toxoplasmose est responsable en Midi-Pyrénées de 50 % des séries abortives. Une étude réalisée dans cette région sur des femelles infestées a montré qu’on observait sept fois plus d’agneaux vivants chez les femelles ayant été vaccinées au préalable et un poids moyen des agneaux simples plus lourd de 1,4 kilo. « Prenons l’exemple d’une troupe de 100 femelles avec un taux de renouvellement à 20 %, un taux de prolificité de 150 % et une marge brute de 80 euros par agneau de boucherie. En vaccinant les femelles de renouvellement, avec une injection à 4,20 euros, soit un investissement de 520 euros sur cinq ans pour vacciner tout le troupeau, la vaccination est rentable dès lors que six agneaux auront été sauvés sur cinq ans, soit 0,8 % d’avortement en moins par an. Et sans compter la baisse de fertilité, les agneaux chétifs… »

Deuxième exemple avec le piétin dont les pertes, souvent sous-estimées, peuvent représenter entre 7 et 30 % de poids d’agneaux en moins dans les troupeaux atteints. Des études ont montré qu’en combinant vaccin, parage et pédiluve, on observe en moins de quatre mois la quasi-disparition des animaux atteints. « Si l’on prend l’exemple d’une troupe de 100 femelles avec entre 1 et 1,5 agneau vendu par brebis par an et un prix de l’agneau à 6,30 euros par kilo, les pertes liées à la baisse des performances de reproduction et aux retards de croissance iront de 1000 à 5000 euros. La vaccination, qui nécessite trois injections la première année et une par an les suivantes, représente un coût moyen sur cinq ans de 2,40 euros par année de présence. En combinant tous les paramètres, si on atteint 100 % de guérison, la vaccination est rentable dès la première année. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre