Aller au contenu principal

La volonté paysanne du 24 décembre
Une reconversion réussie

Michel Costes a acheté ses premières brebis en 2009 et a arrêté de traire en 2011 ! Cet ancien éleveur de vaches laitières produit aujourd’hui des agneaux label rouge. « J’ai décidé d’arrêter le lait quand je me suis retrouvé tout seul sur la ferme. » Les bâtiments existants sont adaptés pour accueillir les ovins : bétonnage des caillebotis, installation de tapis pour distribuer la ration… « L’avantage des ovins, c’est qu’ils s’adaptent facilement à tout type de bâtiment » reconnaît Thierry Foulché, technicien à la Sica2G qui a accompagné l’éleveur pour sa conversion. Sans aucune expérience de l’élevage ovin avant d’acheter ses premières brebis, l’exploitant a atteint en moins de trois ans des résultats très satisfaisants avec une productivité de 1,68 agneau vendu par reproductrice. Il fait aujourd’hui le projet de devenir sélectionneur.

Depuis qu’il a introduit la romane dans son cheptel, Guy-Gérard Merlande arrive à mieux gérer le désaisonnement sur son atelier. « Sur le marché du reproducteur, l’idéal est d’avoir des mises bas en début d’année pour vendre en juillet des animaux aptes à la reproduction dès l’automne » explique ce sélectionneur en race Rouge de l’Ouest. La conduite trois en deux qui prévalait dans l’élevage n’était donc pas adaptée. Les 750 brebis rouges de l’Ouest ne sont plus que 500, que complètent 250 romanes et les agnelages se concentrent sur deux périodes : janvier-février pour les rouges de l’Ouest et juillet-août pour les romanes. Les ventes de reproducteurs rouges de l’Ouest ont donc augmenté, toutes les brebis agnelant désormais au moment opportun. Les femelles des deux races sont toutes saillies avec des béliers rouges, permettant d’obtenir une bonne qualité de carcasse sur les agneaux des romane.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Maël Alric réussit à joindre ses deux passions : l’élevage de brebis et le sport de haut niveau. © La Cazotte
« Jeune éleveur de brebis laitières, je cours toujours vers mes rêves… »
Installé éleveur de brebis laitières depuis 2017 au sein du Gaec du Salze, Maël Alric, 30 ans, n’oublie pas son objectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre