Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La volonté paysanne du 24 décembre
Une reconversion réussie

Michel Costes a acheté ses premières brebis en 2009 et a arrêté de traire en 2011 ! Cet ancien éleveur de vaches laitières produit aujourd’hui des agneaux label rouge. « J’ai décidé d’arrêter le lait quand je me suis retrouvé tout seul sur la ferme. » Les bâtiments existants sont adaptés pour accueillir les ovins : bétonnage des caillebotis, installation de tapis pour distribuer la ration… « L’avantage des ovins, c’est qu’ils s’adaptent facilement à tout type de bâtiment » reconnaît Thierry Foulché, technicien à la Sica2G qui a accompagné l’éleveur pour sa conversion. Sans aucune expérience de l’élevage ovin avant d’acheter ses premières brebis, l’exploitant a atteint en moins de trois ans des résultats très satisfaisants avec une productivité de 1,68 agneau vendu par reproductrice. Il fait aujourd’hui le projet de devenir sélectionneur.

Depuis qu’il a introduit la romane dans son cheptel, Guy-Gérard Merlande arrive à mieux gérer le désaisonnement sur son atelier. « Sur le marché du reproducteur, l’idéal est d’avoir des mises bas en début d’année pour vendre en juillet des animaux aptes à la reproduction dès l’automne » explique ce sélectionneur en race Rouge de l’Ouest. La conduite trois en deux qui prévalait dans l’élevage n’était donc pas adaptée. Les 750 brebis rouges de l’Ouest ne sont plus que 500, que complètent 250 romanes et les agnelages se concentrent sur deux périodes : janvier-février pour les rouges de l’Ouest et juillet-août pour les romanes. Les ventes de reproducteurs rouges de l’Ouest ont donc augmenté, toutes les brebis agnelant désormais au moment opportun. Les femelles des deux races sont toutes saillies avec des béliers rouges, permettant d’obtenir une bonne qualité de carcasse sur les agneaux des romane.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre