Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Filière brebis laitières
une organisation régionale et des instances nationales

La production de lait de brebis se concentre dans trois bassins laitiers bien distincts. Voici leur organisation régionale ainsi que celle des organismes nationaux qui sont les acteurs majeurs de cette filière.

Avec 250 millions de litres, la France est le quatrième pays européen producteur de lait de brebis, derrière la Grèce, l’Italie et l’Espagne. Mais cette production correspond à une activité d’élevage importante pour trois régions de montagne françaises : le sud du Massif central avec le Rayon de Roquefort (70 % de la production nationale), le sud du département des Pyrénées-Atlantiques (20 %) et la Corse (5 % de la production). En dehors de ces trois régions traditionnelles, on trouve quelques centaines d’éleveurs de brebis répartis de façon diffuse sur le territoire et orientés principalement vers une production fermière (5 % de la production).

A chaque bassin son interprofession

La filière s'organise donc autour de trois bassins historiques de production se caractérisant par une région de montagnes, des systèmes d’élevage spécifiques, une ou plusieurs races locales et un fromage d’AOC. Dans chacune de ces régions, une interprofession régionale coordonne les relations entre les producteurs de lait de brebis et les transformateurs avec les deux éléments majeurs suivants : la régulation du marché et l’harmonisation (ou la détermination du prix) des modalités de paiement du lait notamment en ce qui concerne la prise en compte de la qualité.

Dans le Rayon de Roquefort, la Confédération générale des producteurs de lait de brebis et des industriels de Roquefort, fondée dans les années trente, constitue une des plus anciennes interprofessions françaises. Dans les Pyrénées-Atlantiques, elle naît en 1986 et en Corse, elle se crée en 2005. La filière brebis laitière se caractérise aussi par la place importante que représentent les fromages d’AOC dans la valorisation du lait avec 85 % des éleveurs de brebis en déclaration d’aptitude à suivre le cahier des charges AOC (sources : Agreste) et 45 % du lait produit valorisé en AOC. Ainsi, la production, l’évolution des pratiques et le contexte dans lequel s’exprime le développement agricole s’inscrivent dans le respect des cahiers des charges des AOC. La particularité du Rayon de Roquefort est que le syndicat de défense du Roquefort correspond à la Confédération Générale de Roquefort (et donc aussi l’Interprofession) qui est la détentrice du logo « brebis rouge ». 

Dans les Pyrénées- Atlantiques et en Corse, les syndicats de défense de l’Ossau- Iraty et du Brocciu sont indépendants des Interprofessions. La filière brebis laitière n’a pas mis en place d’organisation interprofessionnelle nationale comme c’est le cas pour les bovins et les caprins. Les trois interprofessions régionales (Confédération Générale de Roquefort, Interprofession Lait de Brebis des Pyrénées-Atlantiques et l’ILOCC) constituent les acteurs majeurs de l’organisation de la filière.

Un Conseil spécialisé national pour le lait de brebis

Depuis 2002, à l’initiative de l’Onilait devenu, depuis sa fusion avec l’Ofival, l’Office de l’élevage, un Conseil spécialisé lait de brebis a été mis en place. Cette instance rassemble des représentants des trois bassins de production à parité entre éleveurs (six représentants) et transformateurs industriels ou coopératifs (six représentants) ainsi que deux représentants du commerce. Sont aussi invités des représentants des interprofessions, de l’administration et un certain nombre d’experts.

Au travers de trois réunions annuelles, les rôles de ce Conseil sont de partager les éléments de conjoncture nationale de la filière, de façon à mettre en place des actions pertinentes au niveau national en faveur de la filière ovine laitière. : améliorer les connaissances sur la production, la consommation et sur l’environnement européen ou international. D’autres actions visent à améliorer les connaissances sur les technologies, le sanitaire et la sécurité alimentaire.

L’accompagnement de la filière repose sur les organismes de développement et de services aux éleveurs présents dans les trois bassins de production : chambres d’agriculture, organismes de contrôle de performances, unités de sélection, centres d’IA, Upra ou GIS ID64 « Recherches sur les ovins laits des Pyrénées-Atlantiques ». Au plan national, le Comité national brebis laitières fédère l’ensemble de ces organismes et assure ainsi un rôle fédérateur dans la définition des orientations nationales de recherche x développement et de partage des outils collectifs comme le Système d’information en élevage ovin Lait (SIEOL). Rappelons, que le CNBL a pour objet notamment de : - proposer des orientations et présenter des résultats de recherches, visant au développement des exploitations et à la prospérité des éleveurs ovins laitiers ; - mobiliser les connaissances et les moyens nécessaires au maintien, au développement, et à la diffusion de tous « outils techniques », favorisant l’optimisation technique et économique des moyens de production du lait de brebis.

Ces orientations sont relayées par deux instituts nationaux de recherche ou de recherche appliquée que sont l’Inra et l’Institut de l’élevage, membres de droit du CNBL. L’interface recherche x développement que constitue le Cnbl s’est renforcée et structurée autour d’une association loi 1901, créée en mars 1991. Les orientations prises par le conseil d’administration du CNBL sont traitées techniquement par cinq groupes techniques. Ces groupes de travail animés par les chercheurs ou ingénieurs de l’Inra ou de l’Institut de l’élevage regroupent les techniciens ou ingénieurs des organismes membres actifs du CNBL autour des thématiques suivantes : amélioration génétique, reproduction (groupe commun avec l’Association nationale insémination ovine Anio), alimentation des brebis laitières, appui technique et références, traite mécanique des brebis, informatique et automatismes en élevage.

Au cours des dix dernières années, et de façon à accroître la cohérence du dispositif recherche & développement national, le rôle technique du CNBL s’est renforcé d’un rôle de représentation nationale ou de fédération technique nationale. A ce titre, le CNBL joue le rôle de comité de filière de l’Institut de l’élevage, de commission brebis laitière de la nouvelle interprofession génétique « France génétique élevage » (dont il est membre fondateur), assure le lien avec la Commission spécialisée ovine et caprine de l’Inra en concertation avec le GIS ID64 ou avec le C3R dont il est membre.

Organismes nationaux et régionaux

• Office de l’élevage 80, avenue des Terroirs de France 75607 Paris cedex 12 Tél. 01 44 68 50 00

2, rue Saint Charles 75740 Paris cedex 15 Tél. 01 73 0050 00

• Inra SAGA BP 52627 31326 Castanet Tolosan cedex Tél. 05 61 28 53 54

• Institut de l’élevage 149, rue de Bercy 75595 Paris cedex 12 Tél. 01 40 04 50 05

• Confédération générale des producteurs de lait de brebis et des industriels de Roquefort 36, avenue de la République BP 348 12103 Millau cedex Tél. 05 65 59 22 00

• Fédération régionale des syndicats d'éleveurs de brebis 36, boulevard de l’Ayrolle BP 141 12001 Millau cedex Tél. 05 69 60 02 02

• Interprofession lait de brebis 124 boulevard Tourasse 64000 Pau Tél. 05 59 80 70 28

• Interprofession laitière ovine et caprine corse Chambre d’agriculture Corse du Sud 19, avenue Noël Franchini BP 913 20700 Ajaccio Tél. 04 95 29 26 45

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre