Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Agri 79 du 19 février
Une installation à bon compte avec des moutons

Nicolas Jeanthon, 31 ans, a pris goût au mouton par hasard. « Quand j’avais 16 ans, des éleveurs se sont installés près de chez moi et je me suis mis à les fréquenter. » À 22 ans, il s’installe avec un budget de 110 000 euros pour 300 brebis sur 45 hectares à Clécy, dans le Calvados. La surface ne lui permettant pas d’en vivre à temps plein, il développe en parallèle une activité de tonte de moutons et parage des bovins. « Dans le Grand Ouest, l’ovin reste méconnu. Pourtant, il s’adapte très bien au relief vallonné de la Suisse normande, il est agréable et ne nécessite pas une force physique importante ». Pour développer son activité, et installer sa compagne, l’éleveur envisage de basculer vers la production de lait de brebis avec transformation à la ferme. Passionné, il a accueilli les Ovinpiades des jeunes bergers sur sa ferme. « J’apprécie ce genre d’opérations car les jeunes manipulent les animaux. J’espère qu’ils se diront : les ovins, pourquoi pas moi ? »

Pas fils d’agriculteur, Jean-Marie Rozet a reçu son premier mouton à 17 ans. Il a ensuite cultivé sa passion pour l’élevage en parallèle d’une carrière d’enseignant en constituant au fil des ans, une exploitation d’une trentaine d’hectares avec deux troupes ovines d’une centaine de bêtes, Bleu du Maine et Texel, et une vingtaine de vaches limousines. Arrivée sur la ferme il y a une dizaine d’années, la race Bleu du Maine lui a été conseillée pour ses facilités d’agnelage. « Je ne fais jamais appel au vétérinaire, confirme l’éleveur. En outre, les mères sont vraiment maternelles et adoptent très facilement. » Il apprécie aussi leur prolificité et les trouve plus disciplinées au pâturage. Pour améliorer les qualités de son troupeau, inscrit, il n’hésite pas à investir dans ses reproducteurs, recherchant ceux qui ont de bonnes croissances. Il participe régulièrement à des concours notamment au Salon de l’agriculture à Paris où il a déjà remporté plusieurs prix.

Guillaume et Thierry Rudelle, éleveurs de 550 brebis laitières en Gaec dans l’Aveyron avaient le choix entre prendre un salarié ou investir dans du matériel capable d’alléger la charge de travail. Ils se décident en faveur d’un Automatic Feeding de chez Jeantil, un investissement de 250 000 € avec beaucoup d’auto-construction. Il a fallu repousser les murs pour installer la station de préparation avec les silos et cellules contenant les aliments et le tapis convoyeur relié au bol mélangeur avec trémie pour peser. La machine compose ainsi des rations pour différents lots, distribuées par un robot filoguidé. « Le matériel installé ici est le premier du genre posé au sol en production ovine » explique Sylvie Albouy, d’Agri-Tech Élevage. « Auparavant, nous étions trois personnes pour distribuer le fourrage grossier durant 20 minutes, aujourd’hui l’opération s’effectue sans que nous soyons présents. Nous avons ainsi plus de temps pour le suivi des animaux et pour la famille. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre