Aller au contenu principal

Contre tiques et myiases
Une démonstration de douche sous bonne pression en Lorraine

La douche haute pression permet un traitement ultra-rapide contre tiques et myiases. En Lorraine, quatre de ces douches équipent déjà des groupes d´éleveurs. Un exemple à suivre.


Forte animation en ce matin de mai dans la ferme de Michel et Pascal Dieudonné à Moyenvic au coeur de la Moselle. Normal : quatre douches Electrodip venant de Nouvelle-Zélande sont déballées, et deux seront remontées sur place. L´importateur, Graham Savage, a tôt fait d´expliquer aux éleveurs acheteurs le fonctionnement de l´appareil et de le tester. Pour ce premier essai, les jets haute pression pulsent l´eau à distance. L´orientation donnée à ces jets et la haute pression permettent à la solution insecticide de pénétrer en profondeur dans la toison. Contre les gales, ce procédé ne saurait remplacer la baignoire pour une efficacité suffisante.
Acheté par deux Cuma et par deux groupes d´éleveurs, ce matériel est observé par ceux qui en assumeront le suivi et la maintenance dans chaque groupe. « Nous avons constitué des groupes d´éleveurs avec 5 000 brebis pour chacun, pour amortir le coût de ce matériel, soit 7 800 ? hors taxes. Les tiques dès le printemps et les myiases ensuite abondent dans toute la région » annonce Michel Paté, président du syndicat ovin de la Moselle.
Pas moins de 500 brebis Est Merinos, sont en attente dans ce parc. Le couloir permet de serrer les brebis avant le passage sous les jets. ©J. Diependaele

Modularité, facilité de montage et d´utilisation
Premier constat : sur ce matériel, les concepteurs néo-zélandais ont privilégié la modularité et la facilité de montage et d´utilisation.
La pression est obtenue par un groupe moteur Honda de 6,5 CV accouplé à la pompe haute pression avec tuyau d´aspiration et de refoulement de l´eau. Ce module est mobile. Le débit est de 130 litres par minute soit 2 litres par seconde.
Le tunnel de traitement est équipé de deux roues relevables par levier : un seul homme peut le manipuler comme pour une brouette et le charger sur une remorque ou une bétaillère.
Les jets sont prépositionnés dans le tunnel et amovibles s´il faut les déboucher. Un réglage de la pression (5 bars) est réalisé en actionnant une vis. Une cellule photo-électrique décèle le passage d´un animal dans le couloir et déclenche les jets. Si la pression devient faible, une porte cornadis se déclenche et immobilise l´animal, afin qu´il puisse recevoir une dose suffisante de produit lorsque l´incident technique sera résolu.
Le chantier chez Joseph Rémillon : sur l´Electrodip, un volet récupère la solution insecticide des jets supérieurs à la sortie. ©J. Diependaele

Pour éviter tout problème électrique, un fusible est placé sur le boîtier de commande électronique de la cellule photo-électrique : une batterie 12 volts alimente ce dispositif. Dernier point à signaler : les branchements eau sont à fermeture rapide et leurs couleurs et accouplements mâles-femelles différents évitent toute confusion lors du branchement. L´éleveur peut aussi apprécier le fait d´avoir une hauteur réglable pour le passage des animaux dans le tunnel de traitement.
Point important : un bac de récupération des jus est placé après la douche afin de respecter les règles environnementales du bassin Rhin-Meuse. De même, à la fin de chaque utilisation, 20 l d´eau sont utilisés afin de rincer le matériel. Dernière recommandation : la pompe est rincée, vidangée en fin de saison et mise hors-gel dans un bâtiment.
Après ce constat par les éleveurs de la facilité de montage et de déplacement de la machine, celle-ci est mise en place dans la bergerie de Michel Dieudonné, à l´extrémité du couloir de contention situé dans celui d´alimentation. En deux minutes, tout est prêt pour l´accueil des brebis avec deux claies placées à chaque extrémité de la douche haute-pression Electro-dip.
A la sortie, en cas de faible pression, un cornadis avec deux barres verticales bloque la brebis. ©J. Diependaele

Ali, le berger, apporte un réservoir d´un mètre cube sur le lève-palettes d´un Manitou : on y verse deux litres d´insecticide. A la première sollicitation, le moteur Honda démarre et la pression s´affiche : les brebis poussées dans le couloir s´étonnent à peine de cette manipulation. Un groupe de 500 brebis sera traité entre 11 heures et midi et l´on chronomètrera même 70 brebis traitées sur une minute.
Pour obtenir cette rapidité de passage, les éleveurs se rendent compte qu´il est primordial d´obtenir « un bon serrage » des brebis dans le couloir qui précède la douche. Même si les brebis passent très rapidement et se suivent ensuite de près dans une véritable cavalcade, on se rend compte qu´elles sont bien mouillées sur tout le corps. Bon nombre d´entre elles se secouent après cette brève rencontre avec les jets haute-pression. En moyenne, on note le passage de 40 brebis par minute.
Le dosage du produit est le seul moment où l´opérateur se trouve en contact avec l´insecticide. ©J. Diependaele

Chez Joseph Rémillon : s´organiser pour suivre
Une seconde douche sera testée sur le troupeau de Joseph Rémillon à Guébling sur des brebis Est Mérinos de grande taille, tout comme les Mérinos croisées Romanov. Un bidon plastique de 200 l recueille la solution de Sébacil à 1 pour 1000, soit 200 ml pour 200 l. Un premier lot de 100 brebis passe en moins d´un quart d´heure sous la douche et environ 1,5 l de solution insecticide est utilisé par brebis. Ce premier traitement réalisé à mi-mai vise à détruire les tiques, mais on signale également le début d´attaques de myiases « Si des brebis sont pourries de myiases », signale Graham Savage, on peut bloquer la brebis et actionner manuellement le déclenchement des jets pour qu´elle reçoive un double dosage d´insecticide.
Le test réalisé chez J. Rémillon sur un second lot montre que l´on passe 65 brebis en une minute en utilisant 1,5 l de solution par brebis. Une cavalcade sans stress : les brebis là encore sont bien mouillées et se secouent.
Ces premières données confirment l´intérêt d´un couloir de contention. De même, la poussée des animaux dans le camembert, puis dans le couloir doit demeurer constante afin d´assurer un passage continu et rapide sous la douche haute-pression.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre