Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Ovins
Une bergerie bois de 16 metres

Présentée récemment en Haute-Vienne, cette bergerie facilite le travail de l´éleveur grâce à deux passages latéraux. A zat-le-Ris, Guillaume Leroy, en Gaec avec sa mère depuis trois ans, désirait construire un bâtiment fonctionnel pour loger 400 brebis.


C´est fait désormais avec un bâtiment de 16 m de large, 40 m de long. "Cette largeur permet d´aménager deux couloirs latéraux. Il est plus aisé ainsi de surveiller et d´alimenter les cases d´agnelage. Mon travail est moins pénible, plus confortable et je gagne du temps".
Une bergerie fonctionnelle ©DR

Une bergerie fonctionnelle
Un couloir central de 3,50 m, ainsi que des passages d´homme latéraux de 1 mètre pour une distribution mécanisée du fourrage et de la paille (litière).
Spécialisé dans l´agnelage
Cette bergerie est avant tout dévolue à l´agnelage : "Cela m´évite de remonter et de démonter les aménagements intérieurs ce qui me fait encore gagner du temps" explique Guillaume Leroy. Cette largeur accrue nécessite plus de matériaux de construction et augmente le coût (56 404 euros), mais la facilité de travail est acquise et peut s´amortir par le gain de temps obtenu.
Le confort du bois
Pour Jean François Villelégier, technicien ovin de la Chambre d´agriculture, "le souci est d´utiliser le bois disponible dans la région". Et ce bois présente pour les bergeries des avantages. Il s´intègre bien au paysage : c´est un matériau léger, relativement souple, résistant mais surtout bien isolant et qui contribue à "pomper la condensation" du bâtiment. Cela se traduit par un confort accru pour les animaux mais aussi pour l´éleveur durant son travail.
"La largeur de 16 m permet un espace de vie suffisant pour les animaux en période d´agnelage. Avec les couloirs, l´accès pour les soins devient plus facile" note Jean François Villelégier. Elaboré avec les techniciens de la région limousine et du Massif Central, ce nouveau modèle de bergerie a nécessité l´utilisation de charpentes en bois plus solides. L´emploi de poutrelles en lamellé-collé renforce la tenue du bois pour des poutres de longue portée.



La charpente ©DR

La charpente
L´emploi de poutrelles en lamellé-collé renforce la tenue du bois pour des poutres de longue portée.
Les coûts
- Terrassement + quai : 37 500 F
- Evacuation eau : 18 500 F
- 16 m x 40 m : 240 000 F
charpente bois, bardage et portes bois
dont bardage 40 000 F
dont portes 40 000 F
- Maçonnerie : 53 000 F
semelle, dés, parpaings (entreprise)
- Béton : 22 000 F
auto-construction éleveur (fournitures)
- Electricité : 21 000 F
entreprise
- Bois intérieur : 4 075 F
auto-construction éleveur (fournitures)
- Abreuvoirs : 8 600 F
auto-construction éleveur (fournitures)
- Divers : 5 600 F
auto-construction éleveur (fournitures)

Total : 370 000 F

Pour 200 brebis logées qui se succèdent de septembre à mai ou pour 850 agnelages sur une campagne

Aide du plan ovin : 155 000 F
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre