Aller au contenu principal

Agneaux de bergerie
Une alimentation couvrant les besoins et respectant les teneurs en azote

Qu´elle soit réalisée avec des granulés du commerce ou de l´aliment fermier, l´alimentation des agneaux de bergerie doit couvrir les besoins mais ne pas apporter trop d´azote.


Lors des Journées portes ouvertes de la station expérimentale de Carmejane*, Eric Pottier, de l´Institut de l´Elevage, a insisté sur la conduite alimentaire des agneaux en finition, sur le choix du concentré (granulé du commerce ou aliment fermier) et sur le niveau énergétique de la ration.

Respecter les teneurs en azote
Avec des céréales, il faut préférer la forme entière et rationner en finition.Lorsqu´on utilise un mélange fermier, les proportions de chaque constituant doivent avant tout répondre à la nécessité de couvrir les besoins. Au niveau énergétique, il n´y a pas de questions particulières concernant les apports puisque, d´un point de vue pratique et à l´exception de la fin d´engraissement où le rationnement présente différents intérêts techniques, les aliments sont distribués à volonté. Par contre, concernant l´azote, il y a lieu de respecter des teneurs. De façon simple, on peut distinguer deux périodes :
- jusqu´à 25 kg de poids vif : on utilise un aliment dosant 120 à 130 g de PDI/kg brut,
- au-delà, on peut diminuer les apports, 100 à 110 g de PDI suffisent (160 g de MAT).
Avec un aliment fermier, cette adaptation est relativement facile, puisqu´il suffit de diminuer la part de la source azotée dans l´aliment.
Dans tous les cas, augmenter les apports par rapport aux recommandations n´apportera rien en terme de qualité, mais conduira à un gaspillage d´azote.

Mode de distribution : rationner en finition
Les aliments peuvent être distribués à volonté ou rationnés quotidiennement. Le rationnement en finition, sur le dernier mois, est aujourd´hui la seule technique qui améliore la qualité des carcasses produites, couleur et tenue des gras de couverture. En limitant la vitesse de croissance, on limite également la propension de l´agneau à s´engraisser et donc le risque d´abattre les agneaux trop gras.
Contrairement à une idée reçue, cette technique ne modifie pas l´indice de consommation en concentré, seuls les besoins en foin sont accrus (multipliés par 3 par rapport à une conduite à volonté). Ce comportement entraîne une diminution du rendement carcasse, qu´il faut compenser par un poids d´abattage plus élevé sous peine de produire des carcasses plus légères.
Avant tout, la production d´un agneau de qualité au moindre coût passe par une conduite alimentaire de la brebis irréprochable qui permette d´obtenir des agneaux lourds à la naissance et une parfaite expression de son potentiel laitier.


* Cette Journée portes ouvertes à la Station expérimentale de Carmejane dans les Alpes de Haute Provence s´est déroulée en décembre dernier autour du thème "Comment engraisser à point les agneaux de bergerie afin qu´ils s´inscrivent dans une démarche de qualité ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre