Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Brebis Est à laine Mérinos (1e p.)
Un succès grandissant grâce à ses qualités maternelles et à son confort de conduite

La brebis Est à laine Mérinos, rustique, maternelle, désaisonnée, s´adapte à tous les systèmes d´élevage. C´est la race idéale pour de nombreux croisements qui trouvent largement leur place dans le contexte ovin actuel.


Originaire d´Allemagne, la race Est à laine Mérinos est arrivée en France à la fin du XIXe siècle. Aujourd´hui, elle se trouve fortement implantée dans les régions de l´Est de la France, notamment en Alsace et en Lorraine. Jusque dans les années 60, elle a constitué la base unique des troupeaux de plein-air itinérants entre l´Alsace et la Champagne. En race pure ou au travers de ses croisements, elle constitue actuellement entre 50 et 60 % du cheptel du nord-est de la France. Elle devient la composante principale des grandes troupes conduites en agnelage de contre-saison, en complément ou non d´un atelier de cultures de vente.
©D. R.

L´Est à laine Mérinos est une race rustique présentant des qualités de reproductrice : calme facilité d´agnelage, capacité d´adoption et valeur laitière. ©D. R.

Aptitudes
C´est une race rustique, maternelle par excellence. En plus de sa capacité de désaisonnement naturel total, la brebis Est Mérinos présente des qualités de reproductrice de premier ordre : calme, facilité d´agnelage, d´adoption et valeur laitière. De gros format (brebis 75-85 kg, mâles 130-140 kg), en croisement terminal avec des béliers de race bouchère ou au travers des agnelles croisées, la race permet la production d´agneaux lourds de 18,5-20 kilos. Produits en bergerie à l´âge moyen de 125 jours, les agneaux sont classés à 80 % en R ou au-dessus.
La toison, d´un poids moyen de 4-4,5 kilos, est de très bonne qualité, avec une finesse allant de 25 à 30 microns ce qui apporte une plus-value à la vente de 15 à 20 %.
La brebis, à grosse capacité d´ingestion, s´adapte à tous les régimes alimentaires. Elle est capable de valoriser de grandes quantités de paille. Celle-ci, produite en abondance dans l´Est fait partie intégrante de toutes les rations hivernales à 30 %, voire plus, des fourrages hivernaux. Dans certains systèmes de plein air quasi-intégral, les troupes passent 9 à 10 mois à l´extérieur.

Pour en savoir plus
Voir seconde partie de l´article, concernant la sélection, en ligne lundi 12 septembre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre