Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Vosges
Un pôle dédié à l’ovin au salon de l’herbe

Le site du lycée agricole de Mirecourt accueille le salon de l’herbe les 25 et 26 mai. Au programme, quatre ateliers pour les éleveurs ovins.

© DR

Le salon de l’herbe se tient tous les ans dans un bassin d’élevage différent. Cette année, c’est au tour de l’Est d’accueillir ce rendez-vous, sur le site du lycée agricole de Mirecourt (Vosges) les 25 et 26 mai. L’ovin y sera à l’honneur car les chambres d’agriculture du grand Est, le GIE Lorraine élevage, le lycée Agricole de Mirecourt et l’Institut de l’élevage pilotent ensemble un pôle ovin, qui traitera au sein de quatre ateliers différents, de thématiques propres aux éleveurs de moutons. L’atelier « valorisation des cultures intermédiaires avec les ovins » mettra en évidence les bénéfices de l’implantation de dérobées pâturables par des ovins, tant d’un point de vue agronomique au niveau des parcelles, que de la facilité à faire pâturer des brebis avec agneaux sans rationnement et en libre-service sans avoir à bouger quotidiennement les clôtures. Les intérêts agronomiques seront particulièrement détaillés : restitution d’amendements à la terre, réduction du lessivage grâce au couvert durant l’hiver, captage de l’azote de l’air par les légumineuses, déjections des ovins.
Les résultats d’une expérimentation, menée en 2010 en partenariat avec la ferme du lycée agricole, seront restitués. Le sujet exploré se rapportait au pâturage d’automne (de dérobées) par des brebis en lactation comparé aux performances d’un lot alimenté en bergerie. Les conseils de mise en oeuvre seront exposés, ainsi que les résultats zootechniques et agronomiques. Eglantine Calais de la chambre d’agriculture des Vosges ajoute: « C’est intéressant pour les éleveurs car cette technique est reproductible dans divers endroits, en partenariat avec un cultivateur ou sur ses parcelles. Par ailleurs, cela permet de pâturer l’automne tout en maintenant un couvert devenu obligatoire sur les parcelles nues destinées aux cultures, avant la mise en place d’une culture suivante. »

UN QUIZZ « HERB’OVIN »

L’atelier « contention et tri électronique » présentera du matériel de pesées et de tris par l’identification électronique. Les avantages de cette nouvelle technologie sur la gestion au quotidien de la troupe ovine seront mis en évidence. Facilité de déplacements, moins de risques pris avec l’éleveur, un chien bien dressé fait gagner du temps. A ce titre, des démonstrations de chien de troupeau seront menées sur une troupe de moutons. L’atelier « reconquête ovine » proposera un quizz « herb’ovin », tout public sur le pâturage pour tester les connaissances en la matière. Afin de joindre l’utile à l’agréable, des dégustations d’émincés d’agneau au wok seront proposées. Enfin, l’atelier « herbe/bergerie : comparaison des systèmes » montrera la comparaison des coûts de production entre système herbe/système bergerie. Ils prodigueront conseils techniques pour maximiser le nombre d’agneaux finis à l’herbe. L’intérêt pour l’éleveur de bien valoriser l’herbe pâturée sera, bien sûr, mis en avant.





Retrouvez Pâtre sur Facebook


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre