Aller au contenu principal

RACES DE FRANCE
Un plan pour consolider la génétique

La fédération des organismes de sélection, Races de France, s’inquiète du devenir de la génétique dans la filière ovine et a décidé d’élaborer une stratégie.

© LG
Cinquante-sept races ovines sont affiliées à Races de France, fédération des organismes de sélection. La commission ovine, présidée par Jean- Luc Chauvel, éleveur en Haute-Loire, s’inquiète du devenir de la génétique dans la filière et a décidé d’élaborer un plan stratégique de génétique ovine lait et viande pour l’horizon 2020. Comment concilier les races qui ont un réel impact économique, au nombre d’une vingtaine, et les autres, tout en conservant une biodiversité sur le territoire ? La question a été posée lors de l’assemblée générale de Races de France en juin dernier à Fontannes (Haute- Loire).
« Le dispositif génétique ovin actuel est fragile, explique Jean-Luc Chauvel, les bases de sélection s’effritent, le financement est menacé. » France Génétique Elevage, interprofession génétique des ruminants, a entamé un travail pour remédier à ces difficultés et France-Agri- Mer a accordé en avril 2012 une enveloppe de 350 000 euros pour le plan stratégique de génétique ovine. Compte tenu du montant de l’enveloppe, la filière ovine s’est mise d’accord pour accompagner en priorité les éleveurs allaitants.

UN TRAVAIL DE TERRAIN

« Le cheptel de femelles doit être plus performant, les qualités maternelles sont à mettre en avant, et il faut améliorer l’homogénéité des carcasses » poursuit Jean-Luc Chauvel, conscient de la demande des opérateurs de l’aval sur ce dernier point, « ainsi que sur le nombre de kilos de viande produits par agneau ». Ce qui ramène au questionnement sur les races et au renforcement des bases de sélection.
La possibilité d’installer de jeunes éleveurs en sélection est au coeur de la réflexion. Mais l’image du sélectionneur doit pour cela être améliorée. Tout ceci nécessite un réel travail de terrain, un développement du conseil génétique en élevage et un renforcement de la diffusion. Le plan, tout en conservant l’innovation scientifique et technique, permettra d’associer les techniciens ovins des chambres d’agriculture et des organisations de producteurs pour un travail sur l’adhésion et le suivi génétique. Des bilans génétiques des exploitations pourront être réalisés. « La génétique doit contribuer à améliorer la productivité des élevages », espère Jean-Luc Chauvel.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre