Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Race Southdown
Un mouton rustique, bien conformé et apprécié des bouchers

Bien carré, bien gigoté, voici le Southdown. Il se plait à l´herbe et s´utilise en croisement pour le grand bonheur des bouchers.


Originaire du Sud de l´Angleterre, le mouton de race Southdown a été importé à l´occasion de l´Exposition universelle de Paris en 1855 par le Comte de Bouillé, à Villards près de Nevers.
A l´heure actuelle, cette race est gérée par l´Association des éleveurs français de Southdown constituée en 1935 qui, depuis, n´a cessé de travailler à l´amélioration des qualités de la race.
Rustique, bien carré, bien gigoté, le Southdown se plait à l´herbe. ©D. R.

Ses caractéristiques
Sa tête est large à profil droit, limitée à sa partie supérieure par une ligne sensiblement horizontale, son front est plat. Son cou est court, large à la base, ses épaules sont bien faites dans le haut et de niveau avec le dos. Ce dernier est bien allongé, large et uni jusqu´à la croupe, ses gigots sont bien développés et descendent bas.
Le Southdown possède de bons aplombs, en particulier les aplombs postérieurs.
Sa toison est homogène, très étendue, garnissant le front et les joues, revêtant tout le corps et descendant jusqu´aux genoux. C´est un animal docile pouvant peser de 80 à 120 kg pour un bélier et de 60 à 80 kg pour les brebis.

Des aptitudes de raceur
Le Southdown est un animal de gabarit moyen, très bien conformé. Ses aptitudes bouchères le prédestinent à une utilisation en croisement. Le Southdown peut s´adapter à des conditions difficiles et résiste parfaitement aux intempéries. Elevé le plus souvent sur des terres de richesse moyenne, il est exploité en plein air ou en semi-plein air.
Les agneaux de boucherie sont commercialisés à un poids vif d´environ 35 kg pour les femelles et 40 kg pour les mâles. Il est très utilisé en croisement industriel grâce à ses qualités de raceur qui se traduisent par des agneaux croisés avec une bonne conformation très appréciée des bouchers.
Bien campé, le bélier Southdown est docile et très raceur. ©D. R.

Ses performances
La prolificité est de 169 % pour les brebis (campagne 2003), le GMQ 10-30 moyen des mâles est de 255 g et le GMQ 30-70 moyen des mâles est de 310 g. La période de mise bas moyenne se situe en mars, ce qui permet aux éleveurs de conduire les agneaux à l´herbe et de limiter les coûts de concentrés et de fourrage. De plus, le Southdown se révèle rustique et gagne du poids même en période difficile, « C´est un animal qui se contente de peu et qui valorise très bien tous les types de fourrages ».
Sélection et extension
Les critères de sélection sont la prolificité, la valeur laitière, la précocité et l´augmentation du format.
Depuis 2000, les béliers sont classés en Reconnu simple, Reconnu Mixte ou Croisement et pour les femelles, Reconnu, en Mère à Béliers, en Mère à Agnelles. Chaque année à Moulins, en décembre, a lieu une manifestation particulière à la race, celle du « Papillon Jaune ». Cette qualification est attribuée aux béliers jugés les meilleurs du point de vue conformation et performances zootechniques ; ces béliers seront orientés vers une utilisation en race pure.
En 2003, un programme de génotypage tremblante agréé par l´Ofival a été mis en place (fréquence de l´allèle ARR : 38 % et VRQ : 0 %).
Bonnes mères, les brebis allaitent leurs agneaux à l´herbe. ©D. R.

Suivi et encadrement des élevages
Un noyau d´éleveurs valorise cette race, très utilisée en croisement terminal dans deux grands pays exportateurs d´agneaux tels la Nouvelle-Zélande, l´Australie et le Royaume-Uni. Les troupeaux inscrits sont connus internationalement par la participation au Salon international de l´agriculture à Paris et la vente de reproducteurs qualifiés au Royaume-Uni.
La race Southdown est une race à faible effectif. Aujourd´hui, dans le cadre des CAD(1), il est possible d´obtenir des aides pour la sauvegarde des races menacées.
L´Association des éleveurs français de Southdown a son siège à la Chambre d´agriculture de Montluçon.
Les béliers « Papillon Jaune » sont utilisés en race pure. ©D. R.

En savoir plus
Association des Eleveurs français de Southdown
Chambre d´Agriculture - 9, quai Ledru Rollin - 03100 Montluçon
Tél. : 04 70 28 92 21 - Fax : 04 70 28 92 29.



(1) CAD : Contrat agriculture durable.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre