Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un contrat-type pour une meilleure organisation économique

La FNO a tenu son conseil national le 8 décembre dernier. Au programme, la contractualisation et la reconquête ovine, avec des témoignages d’initiatives régionales.

Au conseil national de la Fédération Nationale Ovine (FNO), le 8 décembre dernier à Paris, le bilan de santé de la PAC était encore le principal sujet des débats, notamment l’aspect contractualisation, car un accord est en cours de signature par les treize familles d’Interbev Ovin. Ces discussions doivent permettre d’établir un contrat-type qui doit « être accessible à tout le monde » a expliqué le président Serge Préveraud, afin que tous les éleveurs puissent bénéficier des trois euros supplémentaires de primes à partir de 2010. Le dispositif doit être ouvert à tous les partenaires de la filière, privés ou coopératifs, qui souhaitent s’impliquer dans la contractualisation.

Des engagements réciproques constituent la base du contrat-type. Ainsi, l’éleveur doit s’engager à commercialiser au minimum la moitié de sa production mise en marché avec au maximum trois opérateurs commerciaux (opérateur de première mise en marché ou abatteur, en cas d’apport direct) avec lesquels il a contractualisé.

En cas de vente sur un marché, il devra y commercialiser au minimum également la moitié de sa production mise en marché avec au maximum trois opérateurs commerciaux habilités à acheter sur le dit marché. Le contrat peut être rédigé par le marché, à la demande de l’éleveur, et proposé à la signature aux différentes parties concernées (éleveur, marché, opérateurs commerciaux).

 

Opérations collectives dans les points de vente

 

L’éleveur s’engage à fournir un prévisionnel de mise en marché de la production contractualisée. De son côté, l’opérateur commercial ou le marché fera remonter soit directement soit dans le cadre d’un dispositif défini ou agréé par Interbev le prévisionnel dans une base de données professionnelle, Ovinfos, en cours de création. Avec cette organisation, des opérations collectives interprofessionnelles de mise en avant des agneaux pourront être plus facilement organisées dans les points de ventes.

Le contrat peut également prévoir une clause d’encouragement de la rémunération des éleveurs adossée au prix de marché moyennant un engagement des éleveurs lié à la capitalisation du cheptel, à la productivité des élevages, à la régularité des mises en marché, à la qualité des produits mis en marché…

De telles pratiques existent déjà dans plusieurs régions françaises, mais l’objectif est de les généraliser à tout le territoire. La FNO avait convié Frank Dieny pour Ciel Azur (50 éleveurs en PACA), Jean Marc Gaborit pour Terrena (7 éleveurs en Pays de la Loire) et Deny Gautreau pour VSO (50 éleveurs en Vendée et dans les Deux-Sèvres) qui ont témoigné de leurs expériences respectives et des avantages d’une telle organisation, comme un prix fixe toute l’année, par exemple ou une bonne valorisation auprès de bouchers.

 

ZG85ER6F_0.pdf (87.49 Ko)
Légende
modèle de contrat-type
ZG85ER6F_1.pdf (112 Ko)
Légende
modèle de contrat-type pour les marchés
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre