Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un complément alimentaire contre le piétin

Première cause de boiterie en élevage, le piétin occasionne des pertes économiques importantes. Nutrageo élargit la gamme des traitements avec une solution alimentaire enrichie en vitamine B8.

Les pâtures ou litières humides favorisent l'apparition du piétin. © A. Villette
Les pâtures ou litières humides favorisent l'apparition du piétin.
© A. Villette

Un complément alimentaire pour se débarrasser du piétin, c’est ce qu’a essayé de mettre en place la société Nutrageo, spécialisée dans la fabrication de compléments alimentaires pour l’élevage. « Nous avions déjà un produit contre la dermatite digitée des bovins, explique Romain Lefebvre de Nutrageo. Comme les éleveurs en étaient satisfaits, nous avons décidé de la tester en ovins chez des éleveurs l’hiver dernier. » Dermageo contient notamment de la biotine, ou vitamine B8, impliquée dans la formation de la corne. « La biotine est souvent utilisée en complément pour les animaux carencés. Ici, c’est ce qui va permettre d’améliorer la dureté des onglons. » Un renforcement que les éleveurs testeurs ont pu constater. « Habituellement je vaccine et j’en suis satisfait, mais j’ai racheté des agnelles vendéennes cette année provenant de différentes exploitations et j’ai ainsi récupéré du piétin, témoigne Marc Marolleau, éleveur dans les Deux-Sèvres. J’ai testé le produit Nutragéo sur un lot de Vendéennes qui boitaient beaucoup, en leur donnant cinq grammes par brebis par jour pendant trois mois. J’ai pu observer un réel assèchement des onglons. »

Facile à mélanger et à distribuer

Le produit contient aussi des argiles, qui contribuent au renforcement des défenses naturelles. Il peut s’utiliser de manière préventive, en cures hivernales, et se distribue en mélange avec le reste de la ration. « Nos bêtes sont à l’extérieur toute l’année sauf de l’agnelage au sevrage, et sur un lot de 60 agnelles, il y en avait 12 qui boitaient, se souvient Éliane Nussbaumer, éleveuse de 300 brebis à Moulismes, dans la Vienne. La technicienne d’Arrivé Bellané, notre fournisseur d’aliment, nous a proposé d’essayer cette solution. C’était un mois et demi avant l’agnelage donc nous complémentions les animaux dehors à l’auge. Nous avons donc incorporé le complément à l’orge à raison de 10 grammes par jour par brebis pendant un mois et demi. L’avantage, c’est que la poudre se mélange bien et colle aux céréales donc elle se mélange facilement et ne se perd pas à la distribution. À la fin de l’essai, seules les deux plus atteintes boitaient toujours un peu, mais globalement le traitement a été très positif, elles avaient de belles cales sur tous les onglons. J’ai continué en parallèle à les passer au pédiluve et à les parer tous les 10-15 jours. Par contre je n’ai pas vacciné. Même si le vaccin fonctionne bien, cela leur donne des hématomes à l’injection. »

combien ça coûte

Le produit est actuellement commercialisé à 5,30 euros par kilo, soit 2,4 euros par brebis pour une cure complète, un coût similaire au coût lissé de la vaccination sur cinq ans. Ce coût est à mettre en relation avec les pertes économiques en élevage liées à la baisse des performances de reproduction et aux retards de croissance, évaluées entre 1 000 et 5 000 euros par élevage atteint.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre