Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

115 tondeurs français et étrangers
Un championnat de tonte de haut niveau

A Saugues, en Haute-Loire, des milliers de personnes ont assisté au championnat de France et au concours international de tonte de moutons. Une « bêêêle » fête de l´élevage ovin.


Cette année, la traditionnelle fête de la Madeleine, dans les rues de Saugues, a pris une autre dimension. En effet, durant tout le week-end, la ville accueillait un événement de portée nationale et internationale dédié au mouton et plus spécifiquement à la tonte des moutons.
A cette occasion, la municipalité avait ouvert les portes du marché aux bestiaux « Michel Malige » où se déroulait le championnat de tonte de l´association des tondeurs de moutons (ATM).
Durant ces deux jours dédiés à la tonte mais aussi à la production ovine en général, une ambiance formidable régnait sur les lieux. Explosion de joie, convivialité, échanges, tels étaient les maîtres mots de cette grande fête.
Le concours de tonte a captivé l´ensemble des visiteurs. 115 tondeurs de tous horizons, français, étrangers, professionnels, amateurs ont « déshabillé » 1 200 agnelles conduites sur les lieux au rythme de la tonte par des éleveurs du département.
Attentifs, les juges évaluent la qualité de tonte et la finition sur l´animal. ©V. Gruber

Douze étrangers sur un total de 115 tondeurs en concours
Plusieurs catégories de tondeurs avaient été constituées : « les intermédiaires » pour les débutants, « les seniors » pour les tondeurs confirmés et les « open » pour ceux qui sont très expérimentés. Le concours comprenait aussi une catégorie féminine, une autre pour les amateurs locaux et une catégorie internationale. Douze étrangers provenant d´Autriche, Nouvelle-Zélande, Norvège, Suisse, Espagne, Italie (Sardaigne) et Grande-Bretagne (Ecosse) ont pris part à cette compétition.
Un mouton coincé entre les jambes et une tondeuse à la main, les candidats se sont appliqués à la tâche sous les encouragements d´un public intéressé et impressionné. Entourés de juges, les tondeurs ont tenté de travailler du mieux possible en un temps record.

« Les juges étaient chargés d´évaluer la qualité de la tonte ; le but étant de tondre au plus près de la peau et sans couper les mèches de laine en deux. Sont également évaluées la finition (aspect général de la brebis, traces de laine, éventuelles coupures sur l´animal) et la vitesse de tonte », a indiqué Valérie Sainrat, tondeur membre de l´ATM. Ce concours, qui a fait un vainqueur par catégorie, a également permis de désigner le champion de France de tonte.
Tout près de l´activité tonte, l´espace ovin réunissait l´ensemble des structures de Haute-Loire qui interviennent pour l´élevage ovin ; la Chambre d´agriculture, les deux organisations de producteurs (APIV 43 et COPAGNO), Codélia, la FDO (Fédération départementale ovine), le GDS et l´Upra Races ovines des Massifs, parlaient d´une seule et même voix pour assurer la promotion de la production ovine.

Des démonstrations techniques (identification électronique, diagnostic de gestation, logiciel de gestion de troupeau.) révélaient « qu´être éleveur ovin aujourd´hui, c´est être un professionnel de l´agriculture » comme l´a signalé Claude Font, président de la FDO. De même, Gilbert Bros, président de la Chambre d´agriculture, a indiqué que « le mouton est une production d´avenir pour le département. Il doit gagner de l´importance. Nous avons deux Organisations de producteurs pour assurer les débouchés et mettre en place des politiques de qualité ; toutes les conditions sont réunies pour réussir. Mais les pouvoirs publics doivent aussi nous accompagner ».
Une présentation de 160 ovins de race Bizet, Blanche du Massif Central, Noire du Velay et Lacaune permettait aux visiteurs de découvrir les races implantées dans le département.
A l´extérieur du marché, des exposants présentaient leurs matériels spécifiques ovins. A travers cette manifestation, la Haute-Loire a démontré qu´elle était aussi une terre de moutonniers.
Thimoléon Resnaud a, une nouvelle fois, remporté le titre de Champion de France. ©V. Gruber

Le palmarès en détail
Catégorie « Intermédiaire »
1er : Wolfgang Riess
2e : Nicko Jeanthon
3e : Marie Bouty
Prix de qualité : Anna Leira

Catégorie « Senior » :
1er : Ecke Reinprecht
2e : Yvan Passal
3e : Ludovic Arnoux
Prix de qualité : Yvan Passal

Catégorie « Open » :
1er : Thimoleon Resnaud
2e : Eugène Troyano
3e : Philippe Leygonie
Prix de qualité : Michel Desseaux

Champion de France : Thimoleon Resnaud

Challenge interrégion et pays :
1er : Suisse-Autriche
2e : Sud-Est
3e : Haute-Loire

Catégorie féminine :
1re : Equipe Cathy Resnaud
2e : Equipe Noémie Boisne
3e : Equipe Valérie Sainrat

Catégorie « amateurs » :
1er : Didier Lebrat
2e : Mickael Fabre
3e : Claude Malige
Prix de qualité : Didier Lebrat

Catégorie inter-races :
1er : Eugène Troyano
2e : Bernard Vieu
3e : Thimoléon Resnaud

Meilleur étranger : Melqui Hidalgo

Meilleur vétéran : Michou Desseaux

Meilleur jeune : Timothée Boillot
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre