Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un bolus pour rétablir le statut en sélénium

Un bolus permet d’apporter du sélénium aux brebis qui sont à l’herbe sans concentré. Résultats d’expérience.

Ce petit cylindre de 48 g diffuse quotidiennement 0,4 mg de sélénium. © Ciirpo
Ce petit cylindre de 48 g diffuse quotidiennement 0,4 mg de sélénium.
© Ciirpo

Chez les agneaux, les carences en sélénium se manifestent notamment par des myopathies appelées le « raide de l’agneau ». Chez les brebis, des problèmes de délivrance restent un des principaux symptômes. Plusieurs études ont été réalisées ces dernières années afin de déterminer quelles sont les formes d’apport efficaces possibles sachant que les besoins d’une brebis en fin de gestation sont de l’ordre de 0,4 mg de sélénium par jour. La distribution quotidienne d’un complément minéral vitaminé au cours du dernier mois de gestation est une des solutions. Par contre, la forme buvable du sélénium en un seul apport en milieu de gestation n’apporte pas les résultats attendus.

Une activité biologique multipliée par cinq

Mais pour les brebis qui sont à l’herbe sans concentré, l’apport de sélénium par un complément minéral sous forme de granulés, poudre ou semoulette n’est pas possible. Le bolus peut alors être une solution. D’un coût d’environ deux euros par brebis, il diffuse plusieurs minéraux et oligo-éléments pendant plusieurs mois. Le bolus 24-7 Smartrace de la société britannique Agrimin Ltd (commercialisé en France par FranceOvi) vient d’être testé par le Ciirpo en partenariat avec le fabriquant. À partir du 4 novembre 2015, les taux de GPX (l’enzyme spécifique du sélénium) de deux lots de 25 brebis carencées en sélénium et nourries exclusivement avec de l’herbe ont été comparés, l’un d’entre eux ayant bénéficié du bolus. Alors que le lot qui n’a pas reçu le bolus est resté très carencé, le statut des brebis qui a bénéficié de cette supplémentation a été rétabli et s’est maintenu à un niveau élevé 120 jours après l’administration (595 unités internationales -UI- contre 125 UI pour un seuil de carence qui se situe à 200 UI). Sur les 48 brebis qui ont mis bas, le taux de prolificité est supérieur de 12 % dans le lot avec bolus. Cet écart de prolificité mérite toutefois d’être validé sur des effectifs plus importants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre