Aller au contenu principal

Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes

52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.

Le rapport du Réseau ours brun estime à 52 le nombre d’ours dans les Pyrénées l’an dernier, soit 30 % de plus qu’en 2018. Pour arriver à ce chiffre, les experts se sont basés sur 1 433 indices de présence collectés (empreintes, poils, crottes, photos, dommages, etc.), soit 21 % de plus qu’une année auparavant. 349 attaques sur le cheptel domestique ont été recensées en Ariège (surtout), dans les Hautes-Pyrénées, en Haute-Garonne et dans les Pyrénées-Atlantiques. 1 173 animaux ont été tués ou blessés l’an dernier, notamment à cause de trois gros dérochements, contre 516 en 2018. Le document précise aussi que ces chiffres sont « une sous-estimation de la prédation réelle, car les dégâts indemnisés au bénéfice du doute ne sont pas comptabilisés ». « Entre les brebis prédatées dans les zones escarpées, les cadavres nettoyés par les vautours ou les éleveurs qui ne déclarent pas la prédation, il y a à peu près autant de brebis disparues que de brebis officiellement attaquées, estime Franck Watts, éleveur ariégeois et référent sur l’ours pour la FNO. C’est une légende que l’ours est un omnivore opportuniste, c’est clairement un carnassier ! »

Des mesures d’alerte et d’effarouchement inefficaces

Quant au dispositif d’alerte, l’éleveur les juge peu opérationnel. « Entre la déclaration, l’intervention des gardes, l’enregistrement et l’envoi d’un SMS, il peut se passer deux à trois jours et l’ours peut avoir fait des kilomètres… » Les effarouchements testés en fin d’année dernière ne semblent pas non plus être efficaces. « Il faudrait effaroucher avec des tirs non-létaux partout en même temps, estime Franck Watts. Sinon, on ne fait que reporter le problème d’une estive à l’autre. Surtout que l’effarouchement arrive trop tard, une fois que l’ours a déjà pris goût aux brebis… »

Les plus lus

Elisa Morel : « Très attachée au massif vosgien, le cédant m’accompagne dans la reprise de l’exploitation, en me laissant libre sur les choix de conduite à venir. »
"Je suis accompagnée par le cédant dans la reprise de l’exploitation ovine"
Elisa Morel, 23 ans, en stage pré-installation au sein de sa future exploitation, est tombée sous le charme de la race Hampshire…
Les associés du Gaec Gwenn Ha Du, dans l'Ain, ont le souci de valoriser au mieux les surfaces en herbe par un système 100 % basé sur le pâturage.
Un système ovin économique en argent et en temps de travail
Dans l’Ain, Guillaume Diquélou a mis sur pied un élevage ovin basé sur la valorisation de l’herbe et la réduction du temps de…
Damien Fraysse, 33 ans, se félicite de l'orientation prise par le Gaec. L'atelier laitier permettra à la sœur de celui-ci de s'installer en 2023.
Des brebis allaitantes aux laitières pour gagner plus
Francis et Damien sont les deux associés du Gaec Fraysse des Camps dans le Lot. Le père et le fils ont fait le pari, il y a deux…
Les 300 brebis de Pierre Orcière disposent d'une ration totalement issue de la production de l'exploitation.
« J’améliore mes conditions de travail, de la vie du sol à l’agneau fini »
Pierre Orcière est éleveur en Ardèche. Après de nombreux changements sur sa ferme, il élève aujourd’hui des agneaux de bergerie,…
La brouette distributrice est tirée par un moteur de tondeuse à gazon et la roue arrière, mobile et centrale, permet de la diriger facilement.
Une brouette automotrice distributrice
Dans le Pas-de-Calais, Jean-Paul Béthencourt a mis au point une brouette à moteur pour distribuer le grains à sa troupe ovine en…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Vers une réduction de statut de protection du loup
  Depuis 1992, les loups sont de retour en France. Les conséquences sur les activités d’élevage et la ruralité sont nombreuses et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre