Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Téovin, un outil informatique rénové pour le conseil en élevage ovin

Depuis quelques mois, les techniciens ovins peuvent s’appuyer sur un nouvel outil informatique pour la réalisation du conseil en élevage.

1L’ERGONOMIE ET LA PRÉSENTATION du logiciel ont été complétement revues, pour un meilleur confort d’utilisation.
1L’ERGONOMIE ET LA PRÉSENTATION du logiciel ont été complétement revues, pour un meilleur confort d’utilisation.
© Coop de France

La filière ovine a été l’une des premières à se doter dès 1993, d’un outil national informatisé d’analyse technico- économique pour accompagner la réalisation du conseil en élevage. Revers de la médaille, malgré quelques évolutions, il était devenu complétement obsolète d’un point de vue informatique. Actovi, association réunissant les structures régionales ovine, Coop de France et la FNO, a donc pris en 2012, en partenariat avec l’Institut de l’Elevage, la décision de rénover l’outil et le projet a été lancé en 2014 grâce au soutien financier de la CNE, France Agrimer, et Interbev Ovins. Après plusieurs mois de travail, une équipe(1) a proposé un nouvel outil rebaptisé Téovin.

Des fonctionnalités étendues

« La phase de développement informatique a été une aventure humaine de plusieurs mois, s’enthousiasme Bruno Esteveny, de la coopérative Aprovia, membre du groupe de travail. Téovin est un outil durable et que l’on pourra faire évoluer facilement. Son point fort c’est la centralisation des données, plus de fichier à envoyer par mail ! » Ce nouveau logiciel est organisé autour d‘une base centrale, accessible en mode connecté, via un site web, ou déconnectée, via une base locale qui fonctionne sur l’ordinateur sans connexion internet. Il permet de réaliser une analyse technico- économique structurée autour de trois niveaux de suivi: le bilan de production (BP) qui permet d’analyser la productivité du troupeau et ses composantes, le bilan technicoéconomique (BTE) qui calcule le solde sur coût alimentaire qui possède une bonne corrélation avec la marge brute, et la gestion technico- économique (GTE) qui permet d’obtenir la marge brute de l’atelier ovin. Téovin présente des fonctionnalités étendues par rapport à l’ancien logiciel BTE-GTE, facilitant son utilisation par les techniciens. La base de données est centralisée, et les données peuvent être sauvegardées en temps réel.

Une comparaison pluriannuelle des résultats

Les éditions éleveurs ont également été retravaillées pour permettre une comparaison pluriannuelle des résultats de l’élevage. De nouveaux indicateurs ont été introduits, sur l’autonomie alimentaire, et l’approche du coût de production avec une édition analysant les charges opérationnelles. Les données d’achats-vente et de reproduction peuvent aisément être importées dans le logiciel ce qui évite au technicien d’avoir à ressaisir ces informations. Enfin, il a intégré un module de valorisation collective autorisant des analyses de groupes allant de la petite région agricole jusqu’au niveau national.

 

(1) Equipe constituée de Coop de France et l’Institut de l’Elevage, Coop de France Limousin, les coopératives Aprovia, Capel, Copagno, Caveb ainsi que les chambres d’agriculture et coopératives de la région Lorraine ayant réalisé les premiers tests terrains de l’outil.

Des premiers retours terrains positifs

Les techniciens des régions Alsace, Lorraine, Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Franche-Comté et Limousin ont été formés et utilisent déjà ce nouveau logiciel pour les bilans de la campagne 2014. Le déploiement dans les autres régions va s’échelonner tout au long de l’année 2015. « Par rapport au logiciel BTE-GTE, on retrouve les mêmes intitulés, la prise en main est facile, observe Dominique Candau, de la chambre d’agriculture des Vosges. Il est très intuitif et on passe aisément d’un élevage à un autre. Parmi les nouveautés, je retiens la nouvelle édition pluriannuelle qui permet de comparer les résultats sur plusieurs années, les icônes de raccourci sur la page d’accueil, la simplification du paramétrage. J’apprécie particulièrement de pouvoir faire une restitution immédiate à l’éleveur avec des résultats consolidés ». Il a déjà des propositions pour les futures évolutions : rendre encore plus conviviales et pédagogiques les éditions pour faciliter le transfert du conseil à l’éleveur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre