Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Races ovines
Sur l´île de beauté, la laitière et rustique brebis corse est adaptée à son milieu

Fine, petite, facile à traire, la brebis corse a nettement amélioré sa productivité laitière. Elle conserve une rusticité légendaire et fournit au quotidien la même quantité de lait.


La brebis corse, originaire de cette île montagneuse et sèche, est un pilier de l´économie agropastorale de la Corse. Se méfiant de tout temps des invasions barbaresques, la population de la Corse, s´est longtemps cantonnée dans les régions montagneuses de l´île. Elle y développait une agriculture vivrière basée sur l´élevage extensif des brebis et des chèvres pour la production laitière, avec un système original de double transhumance. L´hiver, les brebis pâturaient au long du littoral où la douceur du climat permet de faire pacager dans les zones marécageuses infestées par la malaria. En été, les troupeaux transhumaient en haute montagne.
A partir de la fin du XIXe siècle, l´implantation des industriels laitiers de Roquefort en Corse va bousculer cette économie de subsistance et faire entrer progressivement les éleveurs de brebis dans l´ère industrielle. Vers 1950, avec l´assainissement puis la mise en valeur des terres infestées autrefois par la malaria, les élevages ovins vont se sédentariser de plus en plus sur les plaines littorales.
Après avoir atteint son apogée avec 340 000 brebis en 1929, la Corse compte aujourd´hui 100 000 brebis, pour la plupart de race corse, destinées exclusivement à la production laitière et à la transformation fromagère.
La brebis a une tête fine, un chanfrein bombé, des oreilles petites et peut ou non porter des cornes. Sa laine jarreuse en longues mèches lui permet de sortir en plein air toute l´année. ©Upra

Une race préservée par l´insularité
Du fait de l´insularité, la brebis corse n´a fait l´objet d´aucun croisement avec d´autres races continentales. Les conditions d´élevage particulièrement difficiles ont limité le développement des infusions de sang sarde, la race laitière originaire de l´île voisine, qui après avoir pris de l´ampleur au début des années 1970, ne représente plus aujourd´hui que 5 % des brebis en Corse.
D´ailleurs, depuis la parution du décret de l´AOC brocciu en 1998, les conditions de production imposent l´utilisation de brebis de race corse, pour produire et commercialiser ce fromage de lactosérum dans le cadre de l´AOC.
Il existe aussi quelques troupeaux de brebis corses présents sur le continent et utilisés essentiellement par des éleveurs producteurs fermiers.
La brebis corse se caractérise par son petit format 50 à 60 cm et son poids réduit 35-40 kg vif et un poids de carcasse de 13 à 20 kg. La taille du bélier peut atteindre 70 cm pour un poids de 60-70 kg.

Chez la brebis, la mamelle est développée et conformée en « pis de chèvre » ce qui lui confère une facilité de traite toute particulière. La capacité de traite manuelle est estimée à 100 brebis à l´heure pour un bon trayeur.
Enfin, le signe distinctif majeur de la brebis corse, est une couleur de toison non fixée : on trouve des toisons noires, rousses, blanches et grises, et toute la palette de ces couleurs mélangées entre elles.
La brebis corse est donc bien un animal totalement façonné par son milieu, frugal, plastique, capable de faire rebondir sa production laitière après une période de disette alimentaire, dès que les conditions s´améliorent. Un milieu particulièrement difficile lui a conféré toutes ses qualités de production ainsi que sa rusticité particulière.
Le pâturage en montagne, confère à la race ses qualités de production et sa rusticité. ©J. Diependaele

Une brebis au pâturage toute l´année
Les 100 000 brebis de Corse sont détenues aujourd´hui par 430 éleveurs. La typologie des élevages est très variée : en Corse du Sud , on trouve des élevages fermiers de 100 à 150 brebis (transformation et vente de fromages) ; en Haute-Corse, les élevages sont plutôt des livreurs, avec en moyenne 250 à 350 brebis. Il existe plusieurs élevages possédant 800 à 1000 brebis, voire plus, concentrés sur la plaine orientale. Cette région concentre aussi 12 des 18 laiteries de l´île qui collectent les 8 millions de litres produits.
La constante de l´élevage des brebis en Corse est le recours systématique au pâturage durant toute l´année. Ensuite, suivant la situation de chaque éleveur, la présence d´une bergerie ou non, les animaux sont plus ou moins complémentés en foin durant l´hiver et parfois aussi durant la période sèche, la complémentation en concentré ayant lieu sur la machine à traire. L´alimentation des troupeaux est encore relativement traditionnelle, souvent liée aux conditions climatiques ( pluies d´automne précoces, hiver doux ou rigoureux,.).

Pour de nombreux troupeaux, les capacités de production laitières peuvent être optimisées et les marges de progrès liées à l´amélioration des systèmes alimentaires sont très importantes.
Les mises bas des brebis adultes ont lieu de septembre à novembre, et pour les antenaises de janvier à mars à l´âge de 15-16 mois. La race est très peu prolifique : 110 % en lutte naturelle, mais par le mode d´élevage en plein air, y compris au moment des mises bas, une prolificité excessive n´est pas recherchée par les éleveurs. En revanche, la fertilité apparaît excellente : 96 % pour les brebis adultes et 71 % pour les antenaises.
Les agneaux sont élevés sous les mères jusqu´à un mois et abattus à 8-10 kg. vif. Faute d´organisation commerciale,ces agneaux sont vendus en vif à des abatteurs sardes.
Les agnelles de renouvellement, sont sevrées soit à 35 jours ou plus traditionnellement à 2 mois.
Les brebis sont ensuite mises à la traite, jusqu´à la fin du mois de juin, période à laquelle elles sont taries.
Les béliers portent des cornes larges, spiralées et rejetées en arrière. ©D. R.

Organisation du schéma de sélection
L´Upra brebis corse gère le schéma de sélection de la race depuis 1996. L´objectif de sélection est, depuis la création du schéma en 1985, la quantité de lait, mais aussi la résistance à la tremblante depuis 2002.
Le taux de MSU de la brebis corse naturellement élevé avec 135 g/l (77 g/l de MG et 58 g/l de MP) n´a pas justifié jusqu´alors la mise en place de contrôle laitier qualitatif.
Le schéma regroupe 73 éleveurs et 20 408 brebis suivies dans le cadre du contrôle laitier officiel, réalisé par les services des Chambres d´agriculture insulaires.
Chaque année, 2500 accouplements raisonnés servent à la production de béliers reproducteurs, sur le total des 8000 inséminations effectuées sur les élevages du schéma. Ceci permet de rentrer 500 béliers issus de ces accouplements en centre d´élevage dont 30 à 40 sont mis en testage ensuite chaque année, le reste étant vendu aux éleveurs.
Le centre d´élevage et le centre d´insémination sont gérés par la coopérative Corsia créée en 1999, qui élève aussi des agnelles de sélection issues des élevages sélectionneurs.
En 2001, au cours de laquelle l´épidémie de fièvre catarrhale a entraîné la mort de 15 % des brebis de l´île.

Les autorités publiques ont alors demandé à la Corsia de pallier la perte des troupeaux décimés par l´épidémie, ce qui fut fait avec l´élevage et la vente de 5600 agnelles durant les trois années qui suivirent. Aujourd´hui, l´élevage des agnelles au centre permet aux élevages qui ne répondent pas au cahier des charges de l´AOC brocciu, de remplacer les brebis de race non conforme par des agnelles corses avec de bonnes origines génétiques.
La mise en place d´un schéma sur descendance à permis de faire progresser la production de 114 litres en 1995 à 144 l en moyenne pour les brebis adultes en 2004. Mais dans le cadre du schéma, plusieurs élevages où la production laitière est optimisée par une alimentation adaptée atteignent des productions de 180 l par brebis adultes et par an, voire 220 l pour le meilleur élevage.
Mais, outre ses qualités laitières, ce qui caractérise aussi la brebis corse est la persistance de sa production de lait, qui reste relativement stable du début à la fin de la lactation, sans pic important de début de traite comme les autres brebis laitières. Cette particularité apporte un atout indéniable aux transformateurs, qu´ils soient fermiers ou industriels.

En savoir plus
Upra brebis corse. Domaine de Casabianda. 20270 Aleria. Tél. 04 95 57 10 91.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre