Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Sélectionner sur critères économiques, c’est possible !

Dans le cadre du programme Osiris, l’Institut de l’Élevage et ses partenaires ont cherché à donner un poids économique aux caractères afin de pouvoir sélectionner les reproducteurs maximisant les revenus de l’élevage.

Donner une valeur économique à chaque caractère pour sélectionner les animaux sur des critères de rentabilité de l’élevage ! C’est le but du programme Osiris lancé en 2012 par l’Institut de l’Élevage et ses partenaires. Le schéma de sélection d’une race donnée poursuit toujours un objectif. Il s’agit d’une liste de caractères à améliorer, hiérarchisés par ordre d’importance. Cette liste hiérarchisée de caractères importants à sélectionner est utilisée pour accorder un poids plus ou moins important à chaque index dans les indices de synthèse. Jusqu’à présent, ces objectifs étaient définis sur une base technique. Une nouvelle démarche consiste à estimer le gain économique que procure l’amélioration de chaque caractère. On peut ainsi proposer un objectif de sélection « économique » dans lequel le poids de chaque caractère dépend de son impact sur la marge brute de l’élevage. Cette démarche est appliquée depuis peu pour le choix des reproducteurs en race Blanche du Massif Central et devrait être finalisée d’ici fin 2016 pour les Moutons Vendéens. Elle devrait ensuite être étendue progressivement aux autres races ovines allaitantes.

Montrer ce que rapporte la génétique

Ce travail est réalisé dans le contexte d’un système de production très représentatif de la race. Il nécessite en amont de simuler le fonctionnement de l’élevage et détailler les facteurs ayant un effet sur les produits et les charges de l’atelier : reproduction, alimentation, sanitaire, performances moyennes, type de commercialisation, poids et prix de vente moyen… Ces éléments permettent de calculer une marge brute type. Une fois cette modélisation effectuée, les ingénieurs de l’Institut de l’Élevage étudient le poids de chaque caractère dans la formation du résultat. Ils ont par exemple simulé les conséquences sur la marge brute de l’augmentation d‘un point de la prolificité, toutes choses égales par ailleurs. Cette opération a ainsi été répétée pour tous les caractères, ce qui a permis de les hiérarchiser en fonction de leur impact sur le résultat économique. En ne gardant que les caractères sur lequel on peut agir par la sélection génétique, ils ont ainsi obtenu un objectif opérationnel de sélection avec un poids pour chaque caractère. C’est ce qui va permettre de réactualiser les indices de synthèse. Les objectifs de sélection vont ainsi être révisés à partir de données économiques et le poids donné à chaque caractère devrait évoluer. « En chiffrant ce que rapporte l’amélioration de chaque caractère, cela permet de donner une valeur économique à la génétique et de montrer ce qu’elle peut rapporter » conclut Agathe Cheype, de l’Institut de l’Élevage.

Des résultats cohérents en Mouton Vendéen

En race Mouton Vendéen, ce travail a montré que les qualités maternelles pesaient pour la moitié du résultat économique, à équivalence avec les qualités bouchères. Un résultat cohérent pour une race bouchère considérée comme mixte et ayant gardé un intérêt marqué pour les qualités maternelles en complément des efforts réalisés sur les qualités bouchères. Au sein de caractères bouchers, le poids le plus important a été observé pour le gras, avant le rendement, la croissance à l’engraissement et la conformation. Effectivement, à l’heure actuelle, ce sont les défauts liés au gras qui sont sanctionnés le plus sévèrement dans les grilles de paiement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre