Aller au contenu principal

Races ovines
Rustique, bien conformée, la Charmoise est gagnante en système économe

A la charnière des races rustiques et des races améliorées, la brebis Charmoise constitue la base des effectifs des grands troupeaux de plein air du Centre Ouest de la France.


Aptitudes
Elevée le plus souvent dans des conditions de milieu très difficiles, la race Charmoise a acquis une réputation de rusticité et de résistance, qui lui permet de tirer partie des situations les plus diverses. C´est une race qui valorise fort bien les ressources fourragères spontanées et qui, en définitive, nécessite le minimum d´interventions. Elle est capable de puiser sur ses réserves corporelles et de reprendre de l´état en fonction de la reprise de végétation.
Brebis charmoises et leurs agneaux qui, même produits à l´herbe, sont bien conformés. ©Upra

Origines
La race Charmoise a été obtenue par croisement de races locales avec introduction de béliers anglais du Kent. A l´époque de la création de cette race qui remonte à la fin du 18e siècle, l´objectif était d´allier les qualités de viande et de rusticité. Aucune race ovine n´a eu l´égal de la Charmoise dans son berceau de race, « le Montmorillonais ». Elle est l´une des grandes races qui ont contribué au développement de l´élevage ovin de Plein Air en France.
Les brebis de race Charmoise sont de bonnes laitières. ©Upra

Particularités
C´est une race à croissance lente, idéalement adaptée à la production d´agneaux d´herbe pour la production d´agneaux du 4e trimestre et, notamment par un agnelage au mois d´avril-mai pour une mise en marché en octobre-novembre, et cela avec de très faibles coûts de production.
Elle possède une très bonne aptitude au désaisonnement naturel, et permet d´accélérer sa production vers du trois agnelages en deux ans.
Enfin, elle reste imbattable pour la lutte des agnelles, de part la finesse de son ossature et sa faculté de finition à l´herbe.
A sa très grande rusticité, elle ajoute une conformation exceptionnelle. Son rendement en viande est supérieur à 50 % pour une carcasse de 16-17 kg, classée en majorité en E et U.

Extension
Le cheptel de race Charmoise est estimé à 23 000 brebis et 3500 sont engagées dans le programme de sélection de l´Upra. La répartition de ses effectifs forme le croissant du Massif Central avec notamment Poitou-Charentes, Limousin, Auvergne, Midi Pyrénées, Languedoc Roussillon et une dominante dans la Vienne, la Haute-Vienne et la Charente.

Sélection
L´orientation de la sélection tend à augmenter la Valeur Laitière des brebis, ce qui est très important dans le mode de conduite extensif de la race.
L´amélioration de la conformation et l´absence de gras sont des critères sélectionnés en Station de Contrôle Individuel. C´est pourquoi 150 sujets sont contrôlés chaque année et les 10 meilleurs sont utilisés collectivement par des inséminations artificielles. Le haras de béliers de la race Charmoise est confié au C.I.A. Insemovin à Limoges.
Les béliers de race Charmoise sont très appréciés pour leur rusticité. ©Upra

Croisement
La conformation exceptionnelle de la race est la principale raison du succès que rencontre le bélier Charmoise dans les schémas de croisement industriel pour la production d´agneaux de boucherie de qualité. La faculté de finition des agneaux Charmoise à l´herbe en fait la deuxième raison de son utilisation en croisement. Elle est également utilisée dans les schémas de croisements alternatifs pour la production d´un support femelle, F1 intermédiaire, alliant rusticité et performances d´élevage.
Enfin, sa finesse d´ossature justifie pleinement l´utilisation du bélier Charmoise pour la lutte des agnelles de toutes races, apportant la certitude de mises bas sans problème.
©Upra

Programme sanitaire
Outre la garantie d´élevages officiellement indemnes de Brucellose et de Visna Maëdi, l´Upra Charmoise est engagée dans le programme de résistance à la Tremblante. Grâce à sa Station de Contrôle Individuel, l´Upra Charmoise peut proposer aujourd´hui 60 % d´animaux ARR/ARR.

Diffusion
L´Upra confie la gestion de son schéma de sélection et l´organisation de la diffusion de ses reproducteurs à la coopérative Geode à Montmorillon. Geode assure la réservation et la contractualisation de la production de ses adhérents, pour ce qui concerne les animaux du schéma de sélection, en relation étroite avec la filière organisée. Elle dispose d´un Centre de Rassemblement de Béliers à Montmorillon, de façon à regrouper l´offre et mieux répondre à la demande.

Performances
Qualités maternelles
Prolificité : 1,14
Gain Moyen Quotidien 10/30 jours des mâles simples : 214 g
Qualités bouchères
Poids des béliers adultes : 80 à 100 kg
Poids des brebis : 50 à 60 kg
Gain Moyen Quotidien 30/70 jours des mâles simples : 249 g.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre