Aller au contenu principal

Quels changements va-t-il y avoir dans la génétique avec le nouveau règlement zootechnique ?

Jean-Luc Chauvel, président de Races de France © B. Morel
Jean-Luc Chauvel, président de Races de France
© B. Morel

"Le nouveau règlement zootechnique devra être appliqué à partir du 1er novembre 2018 par tous les États membres de l’Union européenne, de la même manière. Il concerne la partie amont de la génétique, c’est-à-dire la tenue des livres généalogiques, le calcul de l’index et le contrôle de performances. Toute la partie diffusion, insémination, etc. n’apparaît pas dans ce texte. Ce règlement est plutôt bienvenu car il va nous permettre de remettre à plat notre organisation. Je peux néanmoins déjà rassurer les éleveurs sélectionneurs, il ne va pas y avoir de gros changements pour eux dans leur travail. Ils travailleront en contractualisation avec peut-être d’autres partenaires que ceux historiquement présents sur leur territoire, il y aura éventuellement une tarification différente, mais tout cela a peu d’impact. Pour les organismes de sélection, l’intérêt est déjà plus important, puisque le contrôle de performances et le calcul de l’index sont des missions qui leur reviennent. Aujourd’hui, ce sont les chambres d’agriculture ou d’autres organismes qui se chargent du contrôle de performances, demain cela sera effectué par l’OS de la race en question. En théorie, cela peut entraîner des situations compliquées, avec des zones blanches où les éleveurs se retrouveraient isolés, mais, en pratique, c’est la priorité absolue de Races de France d’éviter l’apparition de ce type de problème.

Tout éleveur doit avoir accès à l’évaluation de son cheptel et à l’offre génétique

Cet accès à la génétique est d’ailleurs un droit de l’éleveur qui est confirmé dans le règlement zootechnique et nous travaillons avec l’État pour trouver les moyens législatifs et financiers pour garantir cet accès. Nous considérons que le conseil génétique, le conseil de gestion de troupeau et le conseil de suivi d’exploitation devraient être regroupés au sein d’un service global, c’est pourquoi nous avons besoin de collaborer avec nos collègues des OPA telles que les chambres d’agriculture, les OS, les organisations de producteurs, les GDS, les centres de gestion, etc. En fait, le changement porte sur le décloisonnement des activités, une mise en commun des connaissances et des savoir-faire et ça ne peut être que bénéfique pour la production ovine."

« Une nouvelle organisation se met en place »

Les plus lus

Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Emilien Chaillou avec ses brebis lacaune.
« En Bretagne, nous désaisonnons nos brebis laitières en bio »
En Ille-et-Vilaine, Émilien Chaillou et Johanna Colleau conduisent leurs brebis laitières en bio et à contre-saison pour répondre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre