Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Qu’avez-vous défendu à Bruxelles lors de la 3e réunion du groupe de réflexion européen sur le secteur ovin ?

Charles Sercombe, éleveur anglais et président du groupe ovin du Copa-Cogeca, rassemblement des syndicats et coopératives agricoles de l’UE © Copa-Cogeca
Charles Sercombe, éleveur anglais et président du groupe ovin du Copa-Cogeca, rassemblement des syndicats et coopératives agricoles de l’UE
© Copa-Cogeca

"Nous avons surtout souligné l’importance d’améliorer les revenus et la rentabilité des éleveurs de moutons européens. Il est capital d’avoir un secteur viable car l’élevage ovin joue un grand rôle pour la croissance et l’emploi dans les zones rurales européennes. Les moutons ont aussi un rôle environnemental puisque 70 % des zones à handicaps naturels de l’Union sont pâturées par les moutons. Pour améliorer la rentabilité de l’élevage ovin, nous devons améliorer la transparence du marché et lutter contre les facteurs de coût. En outre, les problèmes économiques auxquels sont confrontés les éleveurs touchés par des attaques de grands carnivores doivent être également pris en compte. Sans cette production, les paysages naturels des zones rurales seraient abandonnés avec de graves répercussions sur le long terme.

Des formations, de la flexibilité et des recettes faciles

Nous devons aussi attirer des jeunes dans le secteur et leur offrir une formation spécifique pour qu’ils obtiennent les compétences requises. En outre, davantage de flexibilité sont nécessaires au moment des contrôles PAC, notamment pour l’identification et l’enregistrement des animaux. Aujourd’hui, si un seul identifiant manque, la pénalité est appliquée sur l’ensemble de l’exploitation, ce qui est disproportionné et injuste. Nous subissons aussi une pression d’importation et 15 % de l’agneau consommé dans l’Union est importé de pays tiers. Pour contrer le déclin de la consommation de viande ovine, nous devons rendre l’agneau plus attrayant avec des recettes faciles à cuisiner."

Le groupe de réflexion mis en place par la Commission européenne doit émettre des recommandations d’ici la fin de l’année. La dernière réunion aura lieu à l’automne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre