Aller au contenu principal

« Pour ne pas travailler à l’aveugle »

Non-sélectionneur, Laurence Caspar a choisi dès le départ de faire peser ses agneaux.

Après avoir bien amélioré la valeur laitière des mères, Laurence Caspar va maintenant sélectionner davantage sur l'index prolificité.
© D. Hardy

Hors cadre familial et installée en Deux-Sèvres en 2009 suite à un parrainage de neuf mois, Laurence Caspar s’est rapidement équipée du logiciel Ovitel. Dès le début, elle s’est aussi inscrite au contrôle de performances pour ses 400 brebis croisées Vendéen – Rouge de l’Ouest. « Je me sers du contrôle de performances pour le choix des réformes » explique l’éleveuse de 42 ans, qui avoue ne pas avoir la mémoire de la carrière des animaux. « Pour les réformes, j’écarte les brebis improductives mais je fais aussi attention à l’apparence de l’animal, à sa longueur, s’il y a des boiteries… L’éleveur dont j’ai pris la suite choisissait beaucoup ses animaux à l’œil en ne gardant par exemple que celles qui avaient les oreilles longues ! ».

Une analyse rapide à chaque pesée et un bilan plus approfondi chaque année

Comme les agnelages sont étalés au printemps avec en plus un lot en contre-saison, le contrôleur passe cinq à six fois dans l’année et toutes les trois semaines au printemps. L’éleveuse profite de la manipulation pour traiter contre les coccidies. Les résultats sont envoyés le jour même par mail avec une analyse rapide du genre « pas de problème » ou « attention, les agneaux doubles sont un peu maigres ». Laurence reçoit la liste des agneaux pesés et une synthèse du lot pour voir comment il se situe par rapport à l’an dernier. En septembre, le peseur reste plus longtemps et il prend une heure pour détailler la synthèse du bilan technique ovin.

Une remontée rapide de la valeur laitière des mères

« Grâce à l’aide du conseil général des Deux-Sèvres, les pesées me reviennent à 500 euros environ par an. Ce n’est pas excessif et ça serait bête de s’en passer et de travailler à l’aveugle. Je pense qu’on avance beaucoup plus vite sur la sélection avec le contrôle de performances. En cinq ans, j’ai déjà vu des résultats. » Ainsi, sans qu’il y ait de grand changement dans l’alimentation, le poids type à 30 jours est passé de 11,6 kilos en 2013 à 13,2 kilos en 2015.

« Le contrôle de performances nous a permis de remonter la valeur laitière des mères, apprécie l’éleveuse. Au point d’avoir quelques mammites, signes qu’il y a maintenant assez de lait. Maintenant, on se rend compte qu’il faut sélectionner en regardant davantage la prolificité. Sans le contrôle de performances, je n’aurais jamais pu autant progresser. J’aurais trié et gardé les agnelles en fonction de la beauté extérieure ou de la corpulence. Là, les index m’indiquent précisément la valeur de l’animal. »

« Des index et des conseils avec la formule reproduction »

« J’ai profité de l’aide financière de FranceAgriMer en 2013 pour tester la formule reproduction sans prendre de risque financier. Il faut dire que je suis progressivement passé de 70 brebis charollaises à mon installation en 1992 à 615 actuellement. Même si je connais très bien la généalogie de mon troupeau, je me rends compte que c’est de plus en plus difficile de suivre individuellement un grand nombre d’animaux. Pour la formule reproduction, le technicien passe deux demi-journées dans l’année. La première fois, il recopie mes carnets d’agnelage pour enregistrer les naissances et les lots de luttes. Ensuite, quinze jours après, nous passons deux bonnes heures à relire ensemble l’inventaire du bilan technique. Ça me permet de me comparer avec des éleveurs du département ou ceux qui ont aussi du Charollais. Dans ma sélection, je fais attention à la conformation et la viande mais, avec le bilan technique, je peux aussi repérer les brebis qui ont fait une campagne de trop et qui partiront à la prochaine réforme. Si je veux devenir un jour sélectionneur ou si mon fils veut le devenir, j’aurais déjà une base avec des animaux indexés. » Philippe Richard, éleveur à Amailloux (Deux-Sèvres)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre