Aller au contenu principal

Alimentation des moutons
Pour limiter les risques, le pâturage hivernal en pratique

En hiver, les parcours peuvent apporter un supplément de nourriture très précieux, à la fois en qualité et en quantité. Cependant, pour répondre aux besoins des animaux, certaines précautions sont nécessaires. En voici l´essentiel.


Prévoir des sécurités
Les sécurités sont importantes pour faire face aux aléas climatiques pouvant empêcher le pâturage totalement ou partiellement. Elles concernent les surfaces additionnelles (parcours de sécurité) et les stocks de fourrages. Cette sécurité en fourrages peut être estimée pour un hiver à 10 % des besoins totaux des brebis en entretien et 30 % pour des brebis en fin de gestation (résultats moyens des suivis). En cas d´intempéries, un minimum d´abri est nécessaire. Que ce soit en bergerie ou sur parcours, il faut prévoir un endroit propre et accessible à tous les animaux.

Des parcours bien exposés
Le pâturage hivernal ne peut se faire que sur des surfaces relativement bien exposées (dégel ou fonte de la neige plus rapide). Concernant la végétation, elle doit être de qualité et abondante surtout pour les brebis en fin de gestation. Les brebis peuvent pâturer le report sur pied riche en cellulose sans problème particulier. Il semble préférable de faire pâturer ces parcours hivernaux une seule fois dans l´année. D´après les suivis, il faut compter de 150 à 200 ha de parcours pour passer un hiver avec un troupeau de 300 brebis.

Adapter le pâturage
La pratique du pâturage en « tri » permet aux brebis de choisir les espèces les plus appétentes des parcours et de composer ainsi une ration suffisamment riche pour limiter les pertes d´état corporel en hiver. Cette pratique est conseillée avec les lots de brebis aux besoins plus importants, généralement en fin de gestation. La pratique du « raclage » permet d´exercer une pression de pâturage plus importante. Les espèces les plus appétentes sont consommées en priorité mais les autres espèces sont également pâturées. On privilégiera le raclage pour les animaux en entretien.

Organiser une gestion des surfaces
Il est important de mettre en place une gestion pluriannuelle des parcours afin d´assurer la pérennité de la ressource et la maîtrise de l´embroussaillement. La conduite en deux lots peut être très complémentaire pour la gestion des surfaces. En effet, l´éleveur ne peut exercer une forte pression au pâturage avec un lot de brebis à fort besoin. Par contre, la gestion des surfaces peut être réalisée par un lot de brebis en entretien.

Veiller à la charge de travail
Le gardiennage peut-être très contraignant en temps de travail si la conduite des animaux se fait en plusieurs lots. Les parcs clôturés s´imposent comme la solution la plus économe en travail, mais ils posent les questions d´accès au foncier, de multi-usage et du coût de l´équipement.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre