Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Alimentation des moutons
Pour limiter les risques, le pâturage hivernal en pratique

En hiver, les parcours peuvent apporter un supplément de nourriture très précieux, à la fois en qualité et en quantité. Cependant, pour répondre aux besoins des animaux, certaines précautions sont nécessaires. En voici l´essentiel.


Prévoir des sécurités
Les sécurités sont importantes pour faire face aux aléas climatiques pouvant empêcher le pâturage totalement ou partiellement. Elles concernent les surfaces additionnelles (parcours de sécurité) et les stocks de fourrages. Cette sécurité en fourrages peut être estimée pour un hiver à 10 % des besoins totaux des brebis en entretien et 30 % pour des brebis en fin de gestation (résultats moyens des suivis). En cas d´intempéries, un minimum d´abri est nécessaire. Que ce soit en bergerie ou sur parcours, il faut prévoir un endroit propre et accessible à tous les animaux.

Des parcours bien exposés
Le pâturage hivernal ne peut se faire que sur des surfaces relativement bien exposées (dégel ou fonte de la neige plus rapide). Concernant la végétation, elle doit être de qualité et abondante surtout pour les brebis en fin de gestation. Les brebis peuvent pâturer le report sur pied riche en cellulose sans problème particulier. Il semble préférable de faire pâturer ces parcours hivernaux une seule fois dans l´année. D´après les suivis, il faut compter de 150 à 200 ha de parcours pour passer un hiver avec un troupeau de 300 brebis.

Adapter le pâturage
La pratique du pâturage en « tri » permet aux brebis de choisir les espèces les plus appétentes des parcours et de composer ainsi une ration suffisamment riche pour limiter les pertes d´état corporel en hiver. Cette pratique est conseillée avec les lots de brebis aux besoins plus importants, généralement en fin de gestation. La pratique du « raclage » permet d´exercer une pression de pâturage plus importante. Les espèces les plus appétentes sont consommées en priorité mais les autres espèces sont également pâturées. On privilégiera le raclage pour les animaux en entretien.

Organiser une gestion des surfaces
Il est important de mettre en place une gestion pluriannuelle des parcours afin d´assurer la pérennité de la ressource et la maîtrise de l´embroussaillement. La conduite en deux lots peut être très complémentaire pour la gestion des surfaces. En effet, l´éleveur ne peut exercer une forte pression au pâturage avec un lot de brebis à fort besoin. Par contre, la gestion des surfaces peut être réalisée par un lot de brebis en entretien.

Veiller à la charge de travail
Le gardiennage peut-être très contraignant en temps de travail si la conduite des animaux se fait en plusieurs lots. Les parcs clôturés s´imposent comme la solution la plus économe en travail, mais ils posent les questions d´accès au foncier, de multi-usage et du coût de l´équipement.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre