Aller au contenu principal

Ovins 27 fusionne avec Cap Seine

En Normandie, la coopérative Ovins 27 a entériné sa fusion avec Cap Seine, de quoi pérenniser l’avenir de la filière ovine dans la région.

En finalisant sa fusion avec Cap Seine le 3 décembre dernier, la coopérative Ovins 27 voit enfin le bout du tunnel. En perte de volume depuis 2012, la coopérative a aussi dû faire face à des problèmes de personnels et ne parvenait plus à faire face à toutes ses charges. Un partenariat avec Cap Seine mis en place en 2014 a permis de soulager la structure de la gestion administrative, comptable et technique. La coopérative semble également avoir arrêté l’hémorragie dans les adhérents. « Après les résultats catastrophiques de la campagne précédente, nous avons retrouvé l’équilibre » se félicite Philippe Dubuisson, trésorier. Une étape nouvelle a été franchie avec l’arrivée en septembre d’une technicienne ovine à Cap Seine pour assurer le suivi technique des élevages.

« Ce projet de fusion a fait l’objet de beaucoup de discussions, reconnaît Pierre Bigneaux, président d’Ovins 27. Nous engageons les adhérents sur une nouvelle voie, donc nous ne devions pas prendre de risque, mais l’entente a toujours été très bonne avec Cap Seine ». « L’objectif d’une coopérative n’est pas d’avoir des associés mais des adhérents » complète François Bloc, responsable des productions animales chez Cap Seine pour expliquer la volonté d’aller jusqu’à la fusion. Avec 3 700 adhérents, éleveurs bovins et producteurs de grandes cultures, légumes et pommes de terre sur la Normandie, la Picardie et l’ouest Bassin parisien, Cap Seine s’est tout de suite montrée intéressée pour rajouter l’ovin à sa palette de production.

Des opportunités pour la filière ovine avec le réseau de techniciens terrains

Pour Ovins 27, la solution offerte par Cap Seine est intéressante car « on rayonne sur le même bassin de production ». La coopérative a souhaité ainsi préserver une forte proximité avec le terrain. « La filière ovine va pouvoir profiter du réseau de techniciens généralistes terrains de Cap Seine. Ces agents qui passent sur les exploitations connaissent les agriculteurs et sont informés des installations ou départ en retraite, et des possibilités de création ou développement de troupes. Ils peuvent donc identifier des opportunités pour la filière ovine » raisonne Pierre Bigneaux. Tombée à 19 500 agneaux commercialisés en 2014-2015, la coopérative espère retrouver 7 000 à 8 000 agneaux supplémentaires dans les années à venir.

Le choix de Cap Seine correspond aussi à la volonté de préserver le potentiel d’abattage sur le territoire en continuant à faire abattre 70 % des agneaux à l’abattoir Socopa de Neubourg dans l’Eure. Ensemble, les deux structures souhaitent aller chercher plus de valeur ajoutée pour la filière ovine avec notamment la certification de conformité Carrefour et l’Agneau de nos régions mais aussi de nouvelles filières en réflexion. « Il y a des marchés aval plutôt porteurs et demandeurs pour l’agneau français et local » analyse François Bloc. Pour cela la coopérative a besoin d’agneaux toute l’année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre