Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Limousin, Poitou-Charentes, Centre
Nouvelles recherches et nouvelle bergerie au CIIRPO

Premier bilan positif pour le Centre interrégional de recherche et de diffusion en production ovine (CIIRPO), avec en perspective un programme de recherches encore plus étoffé.


Le pôle de recherches que constitue le CIIRPO à la ferme expérimentale ovine du Mourier, au sud de Limoges, rassemblera tout le dispositif d´information et de recherches mais aussi de diffusion des régions Limousin, Poitou-Charentes et bientôt de la région Centre. Ce dispositif interrégional fédère 36 structures depuis l´an passé. Ce rassemblement de moyens et de compétences est soutenu par les organisations professionnelles et politiques des régions et des départements.
De nouveaux aménagements pour expérimenter
L´animation de la ferme ovine du Mourier est réalisée par une équipe d´ingénieurs et techniciens de l´Institut de l´élevage. Son président, Bernard Airieau, a souligné le fait que « le pari de faire travailler ensemble les professionnels de l´élevage ovin a été gagné par des choix clairs et par leur engagement, y compris celui de la FNO. Il faut également remercier l´enthousiasme de l´équipe du Mourier et il faut souhaiter que continue le travail entrepris avec chacun des lycées agricoles de la région. Demain, il faudra encore plus de partenariat et d´innovation. » L´ambition de cette structure qu´est le CIIRPO est de fonctionner également en réseau avec les fermes expérimentales de Montmorillon et de Glane (Dordogne) ainsi qu´avec Carmejane (Alpes du Sud).
C´est ce que rappelle Bernard Martin, président de la FNO, qui souligne : « la recherche fondamentale de l´Inra et la recherche appliquée de l´Institut de l´élevage doivent avoir pour destination l´enseignement et le développement. Le but final est de conforter la production d´agneaux et de valoriser la ruralité à travers ce site. »
Une nouvelle bergerie de 800 m2, prévue pour 300 brebis et partiellement montée en auto-construction, s´ajoute à la série de bergeries (bois rond et bois équarri) déjà mises en place pour l´expérimentation.
Elle permettra de vérifier ce qu´apporte, sur le plan du travail, un couloir central d´alimentation et deux couloirs de circulation placés autour du bâtiment. Cette bergerie sera équipée partiellement de cornadis et la distribution de concentré s´effectue par vis avec huit descentes. Les cases d´agnelage sont fixes et placées sur un couloir latéral, de même qu´un parc à agneaux.
La nouvelle bergerie sera fonctionnelle cet automne. ©J. Diependaele

Obtenir des références et les diffuser
Depuis 1973, les essais menés au Mourier ont permis l´élaboration de nombreuses références techniques et économiques qui ont débouché sur des recommandations à l´intention des éleveurs ovins et de leurs techniciens.
Ces recommandations portent sur :
l´alimentation de la brebis,
l´enrubannage, de la récolte à l´utilisation,
la conduite de l´agneau et la qualité des carcasses,
l´herbe et la gestion du pâturage notamment en conduite hivernale,
le parasitisme et la génétique.

Les équipements dont sont dotées les bergeries sont soumis à des tests et servent à des démonstrations. C´est le cas des trois parcs de contention dont dispose l´exploitation, et un de ces parcs est spécialisé dans la contention des agneaux.
La diffusion des références est assurée par des visites (éleveurs, techniciens, élèves de lycées agricoles) avec 416 visiteurs en 2004 et par des articles (10 parus dans la presse nationale dont Pâtre l´an passé, et 19 parus en presse régionale). Les animateurs ont répondu à 138 demandes de renseignements sur la production ovine et ses divers domaines.
L´exploitation est utilisée lors de Journées techniques (« Herbe, légumineuses, protéagineux », en 2004) et pour la formation des techniciens ovins (deux journées en novembre 2004).

Un programme de recherches avec des priorités
Répondant aux enjeux exprimés par les professionnels de l´élevage ovin, le programme de recherches a pour objectifs de répondre à des priorités comme le travail, avec une simplification des pratiques, l´approvisionnement de la filière (report d´agneaux en fin d´année), et aussi d´apporter aux élevages une autonomie alimentaire.
A partir de 2005, le thème de la reproduction sera particulièrement développé : gestion des luttes naturelles avec effet bélier, utilisation de semences congelées en cervical, utilisation de différents dilueurs.
Pour les agneaux, les études porteront sur le rationnement en finition avec des modes de conduite simples.

On notera la réalisation d´une douzaine d´études en 2004 portant notamment sur une conduite de troupeau économe, sur la comparaison de deux sources azotées (soja et lupin), sur la suppression de la complémentation en fin de gestation pour le pâturage hivernal, sur l´utilisation de foin de trèfle violet associé à une céréale pour les agneaux laitons ou gris, sur les effets de tel ou tel aliment démarrage sur les performances avant sevrage.
Furent également étudiées des stratégies de prévention contre les attaques de myiases, la production d´agneaux jeunes à l´herbe pour une vente au 4e trimestre.
Selon François Vannier, président du CIIRPO : « La recherche ovine est nécessaire puisque la production se trouve placée face à une concurrence mondiale. Et il nous faut ouvrir dans la région un second front avec des formations pour les jeunes en élevage ovin. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre