Aller au contenu principal

Nouvelle présidence à Races de France

Après cinq années de présidence à l’association Races de France, Jean-Luc Chauvel, éleveur ovin dans le Puy-de-Dôme, a laissé sa place à Hugues Pichard, éleveur en race bovine Charolaise en Saône-et-Loire. Le nouveau président veut promouvoir la biodiversité domestique, « véritable ADN de Races de France qui œuvre en faveur de la diversité de l’élevage français ». Alors que le poids économique de l’insémination animale est bien connu, Hugues Pichard veut mieux connaître les réalités économiques de la monte naturelle. Races de France souhaite aussi engager un travail avec Geneval pour rééquilibrer l’indexation génétique et ne pas défavoriser la monte naturelle face à l’insémination. Jean-Paul Rault, éleveur de 350 brebis en race Mouton Vendéen et 80 vaches Parthenaises et Maraichines en Vendée, secondera Hugues Pichard car « un président seul n’est rien, sans une équipe professionnelle et motivée pour poursuivre le travail collaboratif essentiel à Races de France ». À la fin de l’assemblée générale qui s’est tenue mi-septembre en Vendée, de nombreux professionnels ont salué le travail de l’ancien président et sa capacité à créer des liens qui ont permis de repositionner Race de France dans son environnement professionnel et interprofessionnel. Fédération des organismes de sélection, Races de France rassemble près de 1 500 races et variétés dans 14 espèces, des ruminants (bovins, caprins, ovins) aux carnivores domestiques (canins, félins), en passant par les équidés (asins, équins), les porcins, et la basse-cour.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Un référent bien-être animal obligatoire par élevage ovin
Désormais et depuis le 1er janvier 2022, chaque site d’élevage doit disposer en tout temps d’un référent bien-être animal.
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La rencontre d'une ourse suitée est le cas le plus dangereux car elle peut avoir des réactions imprévisibles si elle sent du danger pour ses petits.
Ces bergers qui ont croisé l’ours
Durant l’été 2020, deux bergers ont été confrontés directement à des ours qui passaient à proximité de leurs troupeaux. La…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
François Bouclet, 25 ans, utilise un quad, outil indispensable pour réaliser les clôtures sur les parcelles de couverts.
« Ma troupe pâture chez les voisins plus de six mois par an »
À Louches dans le Pas-de-Calais, François Bouclet s’est installé en janvier 2020 sur la ferme familiale. Il a fait évoluer l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre