Aller au contenu principal

Nouvelle présidence à Races de France

Après cinq années de présidence à l’association Races de France, Jean-Luc Chauvel, éleveur ovin dans le Puy-de-Dôme, a laissé sa place à Hugues Pichard, éleveur en race bovine Charolaise en Saône-et-Loire. Le nouveau président veut promouvoir la biodiversité domestique, « véritable ADN de Races de France qui œuvre en faveur de la diversité de l’élevage français ». Alors que le poids économique de l’insémination animale est bien connu, Hugues Pichard veut mieux connaître les réalités économiques de la monte naturelle. Races de France souhaite aussi engager un travail avec Geneval pour rééquilibrer l’indexation génétique et ne pas défavoriser la monte naturelle face à l’insémination. Jean-Paul Rault, éleveur de 350 brebis en race Mouton Vendéen et 80 vaches Parthenaises et Maraichines en Vendée, secondera Hugues Pichard car « un président seul n’est rien, sans une équipe professionnelle et motivée pour poursuivre le travail collaboratif essentiel à Races de France ». À la fin de l’assemblée générale qui s’est tenue mi-septembre en Vendée, de nombreux professionnels ont salué le travail de l’ancien président et sa capacité à créer des liens qui ont permis de repositionner Race de France dans son environnement professionnel et interprofessionnel. Fédération des organismes de sélection, Races de France rassemble près de 1 500 races et variétés dans 14 espèces, des ruminants (bovins, caprins, ovins) aux carnivores domestiques (canins, félins), en passant par les équidés (asins, équins), les porcins, et la basse-cour.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre