Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Assemblée générale FNO
Moderniser l´élevage ovin favorisera l´installation des jeunes

Devenir pro, c´est assurer des résultats mais aussi rendre plus facile la vie d´un berger. Thème fort de ce congrès de Narbonne, la modernisation des élevages vise à favoriser l´installation de jeunes éleveurs.


Les éleveurs, en bergerie ou en plein air, apprécient, tout comme le grand public, l´image d´un mouton dévoreur d´herbe et de grands espaces, protecteur de la faune et de la flore, défenseur des broussailles contre l´incendie. A Narbonne, ce 15 avril, le débat va plus loin et engage l´avenir de l´élevage ovin français. La modernité de l´élevage ovin doit répondre aux attentes sociétales mais également encourager les futurs éleveurs qui souhaitent s´installer.

Bénéficier du progrès de la technique
Secrétaire général de la FNO, Jean-Pierre Arcoutel rappelle la définition du Petit Robert : « est moderne ce qui est de son temps et qui bénéficie des progrès de la technique. » Frédérique Noizet et Michèle Delesvaux, ses adjoints, y voient « une évolution volontaire de l´éleveur pour améliorer le revenu et les conditions de vie ». Pour gagner ce paradis de la modernité, il faut des moins (moins d´astreinte lors des agnelages, moins de travail pour l´affouragement) et il faut des plus : plus de travail en commun, plus d´utilisation de main-d´oeuvre complémentaire ou de groupement d´employeurs ou de service de remplacement. Plus d´investissement aussi : c´est la clé de l´évolution.

Jean-François Vedel utilise l´identification électronique sur ses 350 brebis pour les trier avec une lecture de boucle informatisée. Il enregistre ses 400 agneaux annuels sur un carnet d´agnelage électronique qui lui sert aussi à annoncer les ventes de la semaine au groupement : « J´ai diminué ainsi considérablement la gestion adminstrative du troupeau. J´économise du temps, le travail est agréable ; je considère cet achat plus prioritaire que celui d´un roundballer. » Remarque d´autant plus vraie qu´il adhère à quatre Cuma.
Hubert Charlet, de l´abattoir Bigard à Castres, confirme que le travail avec la puce électronique rend plus fiable l´identification et le tri à l´entrée de l´abattoir.

Serge Préveraud, responsable du suivi de la Charte ovine note que la réussite de l´installation passe par un recensement des besoins et des obstacles mais surtout des investissements. « La difficulté réside souvent dans l´accès au foncier qui part en priorité dans l´agrandissement » note Pierre Pech de l´Adasea de l´Aude. Il serait nécessaire d´alléger la transmission du patrimoine et pour cela il faudrait certainement penser à défiscaliser les investissements, à exempter les éleveurs des taxes foncières.
Adrien Lapeyre, jeune installé à Castans dans l´Aude, souligne ses difficultés : « pour obtenir des baux venant des propriétaires, une concession de pâturage pour 70 hectares, obtenue auprès de l´ONF en zone DFCI, m´a seule permis d´avoir enfin le statut d´exploitant agricole ». Un consensus entre fournisseurs d´espace (Mairie DDA, Chambre d´agriculture, ONF) devient nécessaire pour activer l´installation.

Toute installation devrait fournir un revenu suffisant. La modernisation concerne de nombreux paramètres techniques et humains « un véritable puzzle à reconstituer, selon Michèle Delesvaux, avec en son centre la motivation personnelle de l´éleveur. Le projet doit établir un diagnostic sur le foncier, les investissements, la main-d´oeuvre, les bâtiments, la conduite de troupeau et obtenir de financer les investissements. La défense des prix du marché, l´appui technique (recherche de compétence) ne dépendent pas de l´éleveur. C´est pourquoi la formation initiale et continue devient nécessaire à la fois pour les éleveurs et les techniciens afin que le projet d´entreprise puisse être innovant et permette d´obtenir de bons résultats.
Claude Fart, éleveur en Haute-Loire, estime utile de s´organiser pour réussir : « le travail avec les partenaires OP, l´Adasea, les techniciens peut s´accompagner d´un travail en Gaec, en Cuma. Les signes officiels de qualité motivent l´éleveur et confortent son revenu : le moteur de la réussite, c´est l´éleveur ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Vignette
Tech-Ovin, le salon 100 % mouton
Pour ses 20 ans, le salon Tech-Ovin sera une nouvelle fois le rendez-vous de tous les éleveurs. Rendez-vous les 4 et 5 septembre…
Vignette
Premier bilan de la campagne européenne de promotion de l'agneau
Un bilan positif, mais inquiet de l’avenir, après un an de campagne européenne de promotion pour la viande d’agneau.
Vignette
Moutons et vaches font bon ménage
L’Inra étudie la complémentarité des ovins et bovins au pâturage ainsi que l’engraissement des agneaux à l’herbe.
Vignette
Dentelle paysanne
Brigitte Dépalle, créatrice textile vers Saugues (Haute-Loire) et ancienne éleveuse de chèvres, a toujours rêvé de recycler les…
Vignette
Pour un vraie reconnaissance du pastoralisme
L’élevage pastoral est pertinent économiquement et répond aux enjeux sociétaux actuels. Plaidoyer pour un soutien au pastoralisme.
Vignette
BD Le loup
Le loup, le dernier roman graphique de Jean-Marc Rochette, narre avec une certaine pudeur la confrontation entre un berger et les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7,6€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre