Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Loup : échec d’une protection sans régulation

L’augmentation constante des attaques de troupeaux a démontré l’échec de la politique de protection stricte du loup. La prise de conscience des élus pourrait faire émerger de nouvelles solutions.

Trente-quatre loups ont été prélevés en 2015. Une fois n’est pas coutume, le plafond réglementaire est presque atteint, signe peut-être de la volonté des pouvoirs publics d’obtenir des résultats. Faut-il y voir un effet de ces tirs, le nombre de victimes du prédateur a augmenté de 3,5 % « seulement » en 2015 quand cette hausse avait été d’un tiers en 2014. Ce sont malgré tout 9068 victimes du loup qui ont été indemnisées en 2015 correspondant à 2 473 attaques dans 24 départements.

Lorsque le prédateur est protégé, la proie disparaît

Ces chiffres éloquents et la détresse des éleveurs semblent avoir généré une prise de conscience au-delà du monde agricole où des initiatives pour la défense de l’élevage et du pastoralisme émergent. Ainsi, fin 2014, un collectif de scientifiques publiait une tribune vantant le rôle de l’élevage dans la diversité des écosystèmes pastoraux et dénonçant l’échec de la stratégie de coexistence avec le prédateur. La même année, un groupe de six maires du massif alpin signait au col du Glandon une motion contre l’ensauvagement des territoires et pour une régulation opérationnelle du loup, ratifiée depuis par plus de 300 collectivités. Constituée en association fin 2015, l’Usapr (Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales) demande la sortie du loup du statut d’espèce strictement protégée, dans la directive habitat et la convention de Berne. En mars, c’est un groupe d’adhérents Europe Ecologie-Les Verts de la région Paca qui a signé une motion en faveur du pastoralisme. « Lorsque le prédateur est protégé, la proie ne s’adapte pas, elle disparaît, alerte le texte. Ce n’est donc pas aux éleveurs de s’adapter à la prédation, mais au loup de s’adapter à la présence du pastoralisme. » Le texte n’a pas été adopté par le conseil politique régional du parti mais a fait grand bruit chez les écologistes et servira de point de départ à un positionnement plus clair du parti.

Si ces initiatives vont dans le sens des éleveurs, pendant ce temps, le loup continue d’étendre son territoire. Des éleveurs de Lorraine ont notamment vu les attaques se multiplier depuis le début de l’année. Ainsi Franck Duval, éleveur de 500 brebis dans les Vosges a subi neuf attaques et perdu 35 bêtes en deux mois. « Les élus nous disent qu’ils sont à nos côtés mais le cadre réglementaire n’évolue pas. » Les fox-light, nouveau système d’effarouchement lumineux censé dissuader le prédateur, n’ont pas suffi. L’éleveur organise l’électrification de ses parcelles mais s’interroge. « Même si je passe à une production d‘agneaux de bergerie, mes brebis seront toujours dehors huit mois par an et ça me coûtera 20 euros de marge brute en moins par agneau. Le loup, c’est le coup de grâce pour notre métier. On vit dans un stress permanent, on ne dort plus. » Sans illusions, il espère obtenir un tir de défense, dès qu’ils seront à nouveau autorisés.

Un manque de suivi des loups captifs

En effet, toutes les opérations de tirs sont suspendues du 1er mars au 30 avril, période de reproduction du loup. De plus, avec un nombre de loups abattus proche du plafond de 36, les prélèvements ont été stoppés fin décembre pour ne pas risquer de le dépasser. Les organisations professionnelles (FNO, FNSEA, JA et APCA) sont mobilisées pour obtenir des tirs supplémentaires avec fusils à canon rayé pour pouvoir poursuivre les opérations de tirs de défense dans les mêmes conditions et ne pas laisser les éleveurs démunis face aux attaques. Un arrêté permettant d’abattre six loups supplémentaires jusqu’en juin a été soumis à consultation publique.

Dans ce contexte déjà tendu, la fuite par effraction de six loups du parc animalier du Gévaudan en Lozère met le feu aux poudres. Cinq individus seraient revenus au parc, seuls ou recapturés… Mais un recensement effectué par la DDT de Lozère aurait permis de compter 40 loups… dans un parc censé en détenir 32 ! Comment les loups ont-ils pu s’échapper, et surtout comment se fait-il, quand les éleveurs sont tenus d’identifier tous leurs animaux, qu’il n’en soit pas de même pour les loups élevés en captivité ? Les syndicats locaux s’interrogent et exigent des réponses.

Des tirs de défense pour ne pas laisser les éleveurs démunis

www.leseleveursfaceauloup.fr : le site de la profession sur l’élevage et la prédation

www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/mission-loup-r1323.html : le site officiel de l’état sur le loup

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre