Aller au contenu principal

L’Ossau-Iraty cherche du lait bio

Dans les Pyrénées-Atlantiques, la Fromagerie des bergers de Saint-Michel recherche de nouveaux producteurs pour produire davantage d’Ossau-Iraty bio.

Fromage Ossau-Iraty au lait cru bio de la Fromagerie des bergers de Saint-Michel. © DR
Fromage Ossau-Iraty au lait cru bio de la Fromagerie des bergers de Saint-Michel.
© DR

Unique fromagerie produisant de l’Ossau-Iraty en bio et au lait cru, la Fromagerie des bergers de Saint-Michel peine à répondre aux demandes croissantes de ses clients nationaux tels le réseau Biocoop. Fondée en 1981 à Saint-Michel dans le Pays basque, elle a démarré cette fabrication il y a cinq ans. 10 producteurs (sur 36) fournissent près de 200 000 litres de lait bio mais cela ne suffit plus. Trois nouveaux éleveurs en conversion ont été intégrés, mais leur apport de près de 60 000 litres ne comblera pas un manque de fromages entre octobre et mars. « Nous le pourrions avec 100 000 litres juste pour nos clients actuels et il en faudrait au moins le double pour répondre aux différentes attentes », estime Christophe Ourricariet, responsable de la fromagerie. Si le bio décolle, motiver de nouvelles conversions n’est pas si simple. Pourtant, pour ce responsable, allier AOP Ossau-Iraty et bio est un atout : « ces cahiers des charges sont complémentaires pour garantir l’origine, le respect des traditions, la qualité et le maintien d’une agriculture durable et respectueuse de nos territoires de montagne ».

Accompagnement technique et prix du lait motivant

Pour avancer, la fromagerie a lancé l’an dernier un prix conversion de + 100 euros sur son prix conventionnel, qui est déjà de 1 200 euros/1 000 litres (1 090 €/1 000 l en moyenne dans le département). Et une fois certifié bio, il monte à 1 450 euros. Pendant les deux ans de conversion et au-delà, les bergers de Saint-Michel proposent aussi un accompagnement technique gratuit pour les producteurs avec le Civam Biharko Lurraren Elkartea (pour la terre de demain). Les candidats doivent évidemment se situer dans la zone AOP Ossau-Iraty, soit le département des Pyrénées-Atlantiques et quelques communes des Hautes-Pyrénées et qui impose notamment les races de brebis locales Manech tête noire, Manech tête rousse et Basco-béarnaise.

www.lesbergersdesaintmichel.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre