Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’Ossau-Iraty cherche du lait bio

Dans les Pyrénées-Atlantiques, la Fromagerie des bergers de Saint-Michel recherche de nouveaux producteurs pour produire davantage d’Ossau-Iraty bio.

Fromage Ossau-Iraty au lait cru bio de la Fromagerie des bergers de Saint-Michel. © DR
Fromage Ossau-Iraty au lait cru bio de la Fromagerie des bergers de Saint-Michel.
© DR

Unique fromagerie produisant de l’Ossau-Iraty en bio et au lait cru, la Fromagerie des bergers de Saint-Michel peine à répondre aux demandes croissantes de ses clients nationaux tels le réseau Biocoop. Fondée en 1981 à Saint-Michel dans le Pays basque, elle a démarré cette fabrication il y a cinq ans. 10 producteurs (sur 36) fournissent près de 200 000 litres de lait bio mais cela ne suffit plus. Trois nouveaux éleveurs en conversion ont été intégrés, mais leur apport de près de 60 000 litres ne comblera pas un manque de fromages entre octobre et mars. « Nous le pourrions avec 100 000 litres juste pour nos clients actuels et il en faudrait au moins le double pour répondre aux différentes attentes », estime Christophe Ourricariet, responsable de la fromagerie. Si le bio décolle, motiver de nouvelles conversions n’est pas si simple. Pourtant, pour ce responsable, allier AOP Ossau-Iraty et bio est un atout : « ces cahiers des charges sont complémentaires pour garantir l’origine, le respect des traditions, la qualité et le maintien d’une agriculture durable et respectueuse de nos territoires de montagne ».

Accompagnement technique et prix du lait motivant

Pour avancer, la fromagerie a lancé l’an dernier un prix conversion de + 100 euros sur son prix conventionnel, qui est déjà de 1 200 euros/1 000 litres (1 090 €/1 000 l en moyenne dans le département). Et une fois certifié bio, il monte à 1 450 euros. Pendant les deux ans de conversion et au-delà, les bergers de Saint-Michel proposent aussi un accompagnement technique gratuit pour les producteurs avec le Civam Biharko Lurraren Elkartea (pour la terre de demain). Les candidats doivent évidemment se situer dans la zone AOP Ossau-Iraty, soit le département des Pyrénées-Atlantiques et quelques communes des Hautes-Pyrénées et qui impose notamment les races de brebis locales Manech tête noire, Manech tête rousse et Basco-béarnaise.

www.lesbergersdesaintmichel.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre