Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les vidéos interrogent sur le respect des animaux dans les abattoirs

Les images de maltraitance dans les abattoirs ont accéléré la mise en place d’une stratégie nationale sur le bien-être animale et la création d’une commission d’enquête parlementaire.

La diffusion de trois vidéos filmées en caméra cachée par l’association L214 dans les abattoirs d’Alès (14 octobre), du Vigan (23 février) et de Mauléon-Licharre (29 mars) a soulevé l’indignation du grand public, des médias, des professionnels et du ministre de l’Agriculture. Ces images montrent une maltraitance envers les animaux et un non-respect de la réglementation sur le bien-être animal. Les industriels de la viande ont rappelé le 31 mars qu’« en aucun cas ces actes inadmissibles » constituent « une généralité en France ».

Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a demandé une inspection de tous les abattoirs de boucherie qui a commencé début avril et doit finir le 30 avril. Il a par ailleur lancé le 5 avril une « stratégie bien-être animale » à l’horizon 2016-2020, constitué de vingt actions, qui devait initialement être présenté lors du Salon de l’agriculture mais reporté pour cause de crise. Ce plan comporte entre autre la création d’un centre national de référence sur le bien-être animal et la création de la notion de délit pour les directeurs d’abattoir avec sanction pénale en cas de maltraitance avérée. Ce changement juridique aura également pour effet de protéger tout « lanceur d’alerte », employé de l’abattoir, qui informerait sur des pratiques contestables. Le ministre propose également de mettre en place un accompagnement psychologique pour les salariés des abattoirs.

Le bien-être aussi important que la sécurité sanitaire

Soutenant cette stratégie sur le bien-être animal, la FNSEA milite pour « la transparence de nos pratiques » et demande « aux acteurs de l’abattage d’apporter les garanties de pratiques responsables en s’appuyant sur les contrôles vétérinaires et en renforçant en interne le rôle du référent protection animale. » « On est très irrités de voir que nos efforts peuvent être compromis par le maillon faible qu’est l’abattage », regrette Christiane Lambert de la FNSEA. Qui souhaite que les autres maillons de la filière s’engagent dans des projets de charte de bien-être. « Le bien-être animal en abattoir, c’est aussi important que la sécurité sanitaire ».

L’assemblée nationale s’est aussi emparée du sujet avec la création d’une commission d’enquête parlementaire « sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français ». Cette commission, portée par le député de Charente-Maritime Olivier Falorni, vise à analyser les moyens de contrôle des règles sanitaires et des conditions de mise à mort. Les premières auditions devraient commencer fin avril.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre