Aller au contenu principal

Terres des Savoie du 2 juin
Les statuts sanitaires, un outil pour les éleveurs

En Rhône-Alpes, la section ovine du GDS propose aux éleveurs la mise en place de statuts sanitaires. Un protocole d’analyse et de prélèvements a été défini pour les principales maladies présentes en élevage ovin : visna-maedi, paratuberculose, fièvre Q et chlamydiose. Cela permet à l’éleveur de connaître les principales maladies présentes dans son troupeau et mettre éventuellement en place des mesures préventives. De plus, cela permet d’évaluer la compatibilité sanitaire entre troupeaux afin de ne pas introduire de maladies dans un troupeau sain ou mélanger des maladies « incompatibles » lors de rassemblements de troupeaux. Le GDS Rhône-Alpes prend en charge 50 % des frais engagés. L’éleveur évite ainsi de pertes qui pourraient lui coûter cher et optimise les performances de son troupeau.

Le maillage vétérinaire en zone rurale est menacé. 80 personnes, vétérinaires, éleveurs, étudiants, administration étaient réunies le 12 mai pour réfléchir à des solutions. Le ministre de l’Agriculture a notamment annoncé l’allocation d’un budget de 300 000 euros pour financer le tutorat d’étudiants désireux d’exercer en zone rurale en ciblant les zones exposées à la désertification. La mise en place d’une tarification nationale des actes de prophylaxie, insuffisamment rémunérés dans certains départements est également apparue nécessaire. « Sans vétérinaires, il n’y aura plus d’éleveurs » s’inquiète Pascal Ferey de la FNSEA. « Nous arrivons à un tournant, estime Christophe Brard, président de la SNGTV. Le vétérinaire doit être perçu comme un partenaire et non comme un coût, il faut développer une contractualisation. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
La contrainte du loup revêt de multiples aspects, qui ont pour point commun de causer du stress et de la fatigue mentale à l'éleveur. © A. Chrétien
Éleveurs vs loups : du stress et du dégoût
La MRE Paca et Idele publient un recueil de témoignages d’éleveurs confrontés à la prédation du loup au quotidien.
Le pic de pousse d'herbe a connu quelques semaines de retard en cette fin de printemps.
Le pic de pousse d'herbe s’est fait attendre ce printemps
La fraîcheur du mois de mai a ralenti la pousse de l’herbe. Tour de France des régions et conseils de prairies avec le service…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre