Aller au contenu principal

Alimentation
Les principaux leviers d'action présentés à Carmejane

La ferme expérimentale du lycée de Carmejane a organisé une journée pour les éleveurs, afin de présenter diverses techniques pour maîtriser l'alimentation de son troupeau.

© lg

En mars dernier, le lycée agricole de Carmejane, dans les Alpes de Haute Provence, a accueilli une journée technique avec la participation d’environ 150 personnes. Kacem Boussouar, président de la Maison régionale de l’élevage, a souligné que cet événement organisé tous les deux ans permettait « de trouver des informations et outils pour faire progresser son élevage ». René Tramier, président de la Maison de la transhumance, a fait part des difficultés des éleveurs de la région au niveau de l’alimentation des animaux. « Il est difficile de faire davantage d’agneaux avec nos systèmes pastoraux et nos races rustiques, mais la cohérence est là."

Jean-François Bataille de l’Institut de l’élevage a présenté quelques données chiffrées, rappelant que le troupeau moyen dans la région est constitué de 512 brebis (mais avec une variabilité de 100 à 1 700), que la productivité est de 0,89 agneau par brebis (variabilité de 0,83 à 0,93) et que le poids moyen des agneaux vendus est de 16 kg (variabilité de 13,7 à 16,7 kg).

L’effet taille est donc important. Le coût de production moyen s’établit à 10,76 euros/kg de carcasse. Pour l’améliorer, il faut rechercher la diminution des charges ou la hausse de la productivité. « Il faut réfléchir à deux fois avant d’investir et regarder de près les charges d’alimentation. » Pour augmenter le poids des agneaux, il faut tenir plus de brebis en production, améliorer la qualité génétique du troupeau, augmenter la reproduction numérique des brebis, maitriser les maladies abortives, baisser la mortalité, augmenter le poids de vente des agneaux sans dégrader la qualité bouchère.

La présentation en salle a été suivie d’ateliers dans la ferme du lycée où étaient également présentées les races locales.

L’exploitation de Carmejane comprend 600 brebis Préalpes, 500 hectares de parcours boisés, deux estives et 54 hectares de SAU. Il y a quatre périodes de mises bas dans l’année. Un atelier était consacré aux parcours. « Il permet de cueillir des ressources fourragères à moins cher. Les parcours, utilisés en toutes saisons et l'estive assurent près de 50 % des journées d'alimentation du troupeau. En plus d'assurer des objectifs de production, l'enjeu est de maîtriser l'embrousaillement et de pérenniser la ressource pastorale » a expliqué Fabienne Launay, de l’institut de l’élevage.

Pour François Demarquet, chef d’exploitation, la ferme essaye d’être « à la fois autonome en céréales et en matières protéiques grâce aux cultures de protéagineux. Les stratégies d’alimentation des agneaux reposent sur les légumineuses qui permettent de nous affranchir en totalité d’achat à l’extérieur. »

Une stratégie aujourd’hui largement payante pour Carmejane, alors que dans la région, il y a des éleveurs qui vendent des céréales pour acheter de l’aliment du commerce. Cela ne semble plus être intéressant aujourd’hui même si les céréales se vendent mieux.

Carmejane a également une grande actualité autour de la mortalité des agneaux, notamment les aspects immunitaires. Un atelier reproduction faisait état des études autour de la cyclicité des brebis et la relation état corporel/performance et présentait les neuf commandements pour réussir sa lutte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre