Aller au contenu principal

Unesco
Les paysages façonnés par les bergers des Causses et Cévennes inscrits au patrimoine mondial

Mardi 28 juin le Comité du patrimoine mondial, réuni à Paris, a inscrit les Causses et les Cévennes, paysage culturel de l’agro-pastoralisme méditerranéen, sur la liste du patrimoine mondial. Ce lieu, œuvre conjuguée de l’homme et la nature, rejoint au panthéon patrimonial les sites naturels exceptionnels.

le territoire classé s'étend sur 3 000 km2
le territoire classé s'étend sur 3 000 km2
© dr

« Lors de mon déplacement à Mende pour soutenir le dossier, en mai dernier, j’ai été saisie par la beauté de ces paysages vivants où l’homme imprime sa trace en parfaite harmonie avec la nature depuis trois millénaires. Cette distinction au titre de paysage culturel consacre la relation fusionnelle que l’homme et la nature ont su entretenir dans les Causses et Cévennes. Cette consécration est le résultat d’un engagement sans faille de l’ensemble des acteurs locaux, qui se sont mobilisés pour porter ce projet » s’est enthousiasmé Nathalie Kosciusko-Morizet.

Le paysage culturel des Causses et Cévennes englobe les principaux causses (Causse Méjan, Causse Noir, Causse du Sauveterre, Causse du Larzac) immensités parcourues par les troupeaux et montrant par endroits des dolines cultivées. Les gorges (gorges du Tarn et de la Jonte, gorges de la Dourbie, gorges de la Vis) entaillent les causses et accentuent la puissance esthétique du paysage. Les Cévennes offrent un ensemble de crêtes et de vallées qui épaulent le Mont Lozère et le Mont Aigoual dont les estives dominent le paysage.

Cette géographie exceptionnelle abrite de nombreux éléments d’une histoire et d’une culture singulière, à la fois religieuse, savante et populaire. Ce paysage vivant témoigne que, depuis trois millénaires, le pastoralisme a su et sait encore s’adapter à cet environnement naturel, politique, économique et social.

Être reconnu au patrimoine mondial de l’Unesco constitue un grand honneur pour un territoire mais aussi une responsabilité. Il s’agit de protéger et de gérer la valeur universelle exceptionnelle des Causses et Cévennes de manière exemplaire et de promouvoir une coopération avec les États qui souhaiteraient donner aux paysages façonnés par le pastoralisme leur juste place sur la liste du patrimoine mondial.

En inscrivant les Causses et les Cévennes sur la liste du patrimoine mondial, le comité donne enthousiasme et élan aux autorités locales qui s’impliquent collectivement dans la protection et la gestion de ce patrimoine exceptionnel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre