Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

SOMMET DE L'ELEVAGE
Les ovins séduisent à l'international

Le Sommet de l'élevage est l'occasion pour des éleveurs du monde entier de rencontrer leurs homologues français, dans les allées, sur le ring ou lors de visites d'élevage.

© lgeffroy

Lors de la visite de François Hollande, la vie du salon ne s’est pas arrêtée. Loin de là. Les affaires continuaient. Notamment auprès des visiteurs internationaux, plus nombreux à chaque édition. « Have a nice visit ! »(1) pouvait-on lire dans le pavillon de 300 mètres carrés qui leur est réservé, à l’entrée de la grande Halle d’Auvergne.

Un défilé de 70 races françaises

Le pôle ovin a tenu ses promesses. Des éleveurs anglais, irlandais, hongrois, marocains, chiliens… mais aussi des journalistes spécialisés des quatre coins du monde sont venus apprécier la dynamique de l’élevage français, l’espace des trois jours du Sommet, du 2 au 4 octobre. Un Nigérian, par exemple s’est renseigné sur les possibilités de faire de l’ovin hors sol dans son pays où le pâturage n’est pas possible. Des Hongrois étaient venus avec un vétérinaire pour en savoir plus sur les aspects sanitaires. Un défilé de toutes les espèces a eu lieu en partenariat avec France Génétique Élevage le mercredi soir, pour présenter un panorama des races bovines et ovines, que l’on peut qualifier de clou du spectacle. Et en parallèle du salon, des visites d’élevage étaient organisées. En ovin, deux groupes se sont rendus en Allier visiter un lycée agricole avec une troupe ovine et un abattoir et en Haute-Loire pour la visite d’un élevage de race bizet.

Les étrangers ont aussi pu rencontrer des éleveurs lors des concours de race. Cette année, le Sommet avait mis le paquet avec pas moins de cinq concours en ovin. Le Mouton Charollais a ouvert le bal avec un concours spécial. Puis la race Ile de France, toujours aussi dynamique, a monopolisé le ring toute une après midi avec de nombreux participants, 120 animaux, pour son concours national. La race rustique Bizet qui était sur ses terres en Auvergne, a elle aussi organisé son concours national, suivi par le concours spécial Texel. Enfin, la Charmoise a clos les concours avec un régional de la race.

(1) Bonne visite !

O7SWGYH4_1.pdf (68.79 Ko)
Légende
Concours national bizet
© se
O7SWGYH4_2.pdf (32.57 Ko)
Légende
concours régional charmoise
O7SWGYH4_3.pdf (435.1 Ko)
Légende
concours spécial ile de france
O7SWGYH4_4.pdf (251.93 Ko)
Légende
concours mouton charollais
O7SWGYH4_5.pdf (408.88 Ko)
Légende
concours texel
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre