Aller au contenu principal

En élevage mixte
"Les ovins rapportent autant que les bovins"

Le Gaec du Cher associe trois espèces d’herbivores sur l’exploitation. Chacune des productions paraît indissociable des autres sur le plan du pâturage.

Julien Miermon et Jean-Paul Merpillat. « Une parfaite complémentarité pour le pâturage »
Julien Miermon et Jean-Paul Merpillat. « Une parfaite complémentarité pour le pâturage »
© Ciirpo
Dans ce petit village de Sarran, situé au pied des Monédières en Corrèze, les vaches limousines restent la production dominante.Un tiers des éleveurs ont pourtant choisi la mixité avec desbrebis. C’est le cas du Gaec du Cher, composé de Jean- Paul Merpillat et de Julien Miermon, installé depuis avril en hors cadre famillial, après une année de parrainage.
Sur les 110 hectares de l’exploitation, 250 brebis de race Limousine en sélection, 53 vaches de race Limousine et 30 chevaux d’élevage se partagent l’herbe. « Nous avons pû faire pâturer tout ce monde grâce au pâturage tournant que j’ai mis en place ce printemps, explique Julien. Les brebis avaient leurs paddocks, les vaches et les chevaux tournaient sur leurs propres parcelles. Les chevaux mangent les refus des vaches, et ce printemps, nous n’avons pas manqué d’herbe sans faire pâturer les prés de fauche.Tout est clôturé en électrique, et en hiver, les brebis passent sur toutes les prairies des bovins et des chevaux et mangent tout ce qui reste. Résultat, cette année, je n’ai pas attelé le broyeur, ce qui représente une sacrée économie ! » A l’exception des brebis allaitantes qui restent en bergerie, l’herbe pâturée constitue alors le seul aliment avec d’importantes économies de fourrages stockés et de concentré à la clé.

UN SAVANT ÉQUILIBRE

Pour le Gaec, cette complémentarité va de soit. Jean- Paul Merpillat a toujours conduit les productions ovines et bovines allaitantes de paire. Et Julien s’intéresse à toutes les productions animales, sans préférence. « Il faut bien caler les périodes de reproduction pour organiser son travail et cela se passe bien, ajoute Julien. Et puis, les brebis rapportent au moins autant que les vaches ! Commercialisés par l’organisation de producteurs OBL, les agneaux ont été bien rémunérés cette année et les primes à l’UGB sont équivalentes aux bovins. » Au départ à la retraite de Jean-Paul, c’est Céline, la future femme de Julien qui prendra le relais dans le Gaec. « Nous allons progressivement modifier les périodes de reproduction du troupeau ovin avec pour objectif de mieux valoriser l’herbe au printemps et de rester complémentaire au niveau du travail avec les vaches qui vont passer en production de veaux sous la mère. »

VALORISATION DES ESPACES

Et puis, le Gaec a saisi une nouvelle opportunité à partir de cet été. Le parc naturel régional Millevaches leur a proposé d’estiver sur le Puy de Sarran, un espace touristique situé à quatre kilomètres de l’exploitation. Les brebis vont ainsi débroussailler des hectares de ronces et de genêts. « Seules les brebis et surtout la Limousine sont capables de valoriser ces espaces ! L’herbe de l’exploitation sera alors réservée aux bovins et aux chevaux à une époque où il en manque. » Encore un exemple de complémentarité.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd al-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an dernier pourrait inspirer le déroulé de celui de cette année. © A. Villette
L’Aïd-el-Kébir se réinvente avec des drives ou des commandes groupées
L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd-el-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre