Aller au contenu principal

En élevage mixte
"Les ovins rapportent autant que les bovins"

Le Gaec du Cher associe trois espèces d’herbivores sur l’exploitation. Chacune des productions paraît indissociable des autres sur le plan du pâturage.

Julien Miermon et Jean-Paul Merpillat. « Une parfaite complémentarité pour le pâturage »
Julien Miermon et Jean-Paul Merpillat. « Une parfaite complémentarité pour le pâturage »
© Ciirpo
Dans ce petit village de Sarran, situé au pied des Monédières en Corrèze, les vaches limousines restent la production dominante.Un tiers des éleveurs ont pourtant choisi la mixité avec desbrebis. C’est le cas du Gaec du Cher, composé de Jean- Paul Merpillat et de Julien Miermon, installé depuis avril en hors cadre famillial, après une année de parrainage.
Sur les 110 hectares de l’exploitation, 250 brebis de race Limousine en sélection, 53 vaches de race Limousine et 30 chevaux d’élevage se partagent l’herbe. « Nous avons pû faire pâturer tout ce monde grâce au pâturage tournant que j’ai mis en place ce printemps, explique Julien. Les brebis avaient leurs paddocks, les vaches et les chevaux tournaient sur leurs propres parcelles. Les chevaux mangent les refus des vaches, et ce printemps, nous n’avons pas manqué d’herbe sans faire pâturer les prés de fauche.Tout est clôturé en électrique, et en hiver, les brebis passent sur toutes les prairies des bovins et des chevaux et mangent tout ce qui reste. Résultat, cette année, je n’ai pas attelé le broyeur, ce qui représente une sacrée économie ! » A l’exception des brebis allaitantes qui restent en bergerie, l’herbe pâturée constitue alors le seul aliment avec d’importantes économies de fourrages stockés et de concentré à la clé.

UN SAVANT ÉQUILIBRE

Pour le Gaec, cette complémentarité va de soit. Jean- Paul Merpillat a toujours conduit les productions ovines et bovines allaitantes de paire. Et Julien s’intéresse à toutes les productions animales, sans préférence. « Il faut bien caler les périodes de reproduction pour organiser son travail et cela se passe bien, ajoute Julien. Et puis, les brebis rapportent au moins autant que les vaches ! Commercialisés par l’organisation de producteurs OBL, les agneaux ont été bien rémunérés cette année et les primes à l’UGB sont équivalentes aux bovins. » Au départ à la retraite de Jean-Paul, c’est Céline, la future femme de Julien qui prendra le relais dans le Gaec. « Nous allons progressivement modifier les périodes de reproduction du troupeau ovin avec pour objectif de mieux valoriser l’herbe au printemps et de rester complémentaire au niveau du travail avec les vaches qui vont passer en production de veaux sous la mère. »

VALORISATION DES ESPACES

Et puis, le Gaec a saisi une nouvelle opportunité à partir de cet été. Le parc naturel régional Millevaches leur a proposé d’estiver sur le Puy de Sarran, un espace touristique situé à quatre kilomètres de l’exploitation. Les brebis vont ainsi débroussailler des hectares de ronces et de genêts. « Seules les brebis et surtout la Limousine sont capables de valoriser ces espaces ! L’herbe de l’exploitation sera alors réservée aux bovins et aux chevaux à une époque où il en manque. » Encore un exemple de complémentarité.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre