Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les ovins entretiennent les paysages

© lgeffroy
A l’heure où la politique agricole commune (PAC) « verdit » et où les éleveurs prennent de plus en plus en compte l’aspect environnemental pour la conduite de leurs troupeaux, c’est l’occasion de rappeler qu’en France et dans le monde, le mouton peut être un outil utilisé à d’autres fins que la production de laine, de viande ou de fromage. 
Il peut en effet rendre de grands services en matière de protection de sites naturels, et contribuer à maintenir la biodiversité floristique et faunistique. On ne pourra donc que regretter les récentes campagnes antiviande qui affirment que la viande d’agneau est la plus polluante ! C’est sans tenir compte de la capacité des ovins à façonner les paysages. Sur certains terrains très difficiles, en montagne par exemple, ce sont même les seuls animaux de rente à pouvoir pâturer et donc lutter contre l’enfrichement des terres. Il est temps que la protection de l’environnement, la notion d’agriculture durable, soient mises en avant par les producteurs ovins, car c’est ce qu’ils pratiquent sans le dire trop fort depuis des décennies.

QUEL RÔLE DANS LE « VERDISSEMENT » ?

Parfois, la démarche va encore plus loin. La production d’agneaux dans un troupeau peut devenir secondaire. Il s’agit de cas extrêmes bien sûr, mais en même temps ce sont de bons exemples du rôle que peut tenir le mouton dans le « verdissement » de notre société. Bien entendu, il ne s’agit pas là de simples « tondeuses à gazon », présentes sur tout notre territoire depuis des lustres, avec deux-trois moutons par-ci par-là, mais bel et bien de projets économiques (ou écologiques dans le cas de sites naturels) pour maintenir une biodiversité parfois en péril, avec un troupeau conséquent et une rémunération intéressante pour ce service rendu. Les éleveurs peuvent être partenaires de tels projets, mais ils peuvent aussi en devenir les instigateurs. Des collectivités locales ou des associations ayant en charge l’entretien d’un site naturel peuvent ainsi faire appel à une troupe ovine.
A l’étranger, ce sont même parfois des entreprises paysagistes qui investissent dans l’achat de brebis afin de les utiliser à la seul fin d’entretenir des espaces privés ou publics. Un Francilien s’est aussi récemment lancé dans ce business, devenant ainsi le seul éleveur ovin de Seine-Saint-Denis.

La suite dans Pâtre de janvier
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Vignette
Tech-Ovin, le salon 100 % mouton
Pour ses 20 ans, le salon Tech-Ovin sera une nouvelle fois le rendez-vous de tous les éleveurs. Rendez-vous les 4 et 5 septembre…
Vignette
Premier bilan de la campagne européenne de promotion de l'agneau
Un bilan positif, mais inquiet de l’avenir, après un an de campagne européenne de promotion pour la viande d’agneau.
Vignette
Moutons et vaches font bon ménage
L’Inra étudie la complémentarité des ovins et bovins au pâturage ainsi que l’engraissement des agneaux à l’herbe.
Vignette
Dentelle paysanne
Brigitte Dépalle, créatrice textile vers Saugues (Haute-Loire) et ancienne éleveuse de chèvres, a toujours rêvé de recycler les…
Vignette
Pour un vraie reconnaissance du pastoralisme
L’élevage pastoral est pertinent économiquement et répond aux enjeux sociétaux actuels. Plaidoyer pour un soutien au pastoralisme.
Vignette
BD Le loup
Le loup, le dernier roman graphique de Jean-Marc Rochette, narre avec une certaine pudeur la confrontation entre un berger et les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7,6€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre