Aller au contenu principal

Les ovins entretiennent les paysages

© lgeffroy
A l’heure où la politique agricole commune (PAC) « verdit » et où les éleveurs prennent de plus en plus en compte l’aspect environnemental pour la conduite de leurs troupeaux, c’est l’occasion de rappeler qu’en France et dans le monde, le mouton peut être un outil utilisé à d’autres fins que la production de laine, de viande ou de fromage. 
Il peut en effet rendre de grands services en matière de protection de sites naturels, et contribuer à maintenir la biodiversité floristique et faunistique. On ne pourra donc que regretter les récentes campagnes antiviande qui affirment que la viande d’agneau est la plus polluante ! C’est sans tenir compte de la capacité des ovins à façonner les paysages. Sur certains terrains très difficiles, en montagne par exemple, ce sont même les seuls animaux de rente à pouvoir pâturer et donc lutter contre l’enfrichement des terres. Il est temps que la protection de l’environnement, la notion d’agriculture durable, soient mises en avant par les producteurs ovins, car c’est ce qu’ils pratiquent sans le dire trop fort depuis des décennies.

QUEL RÔLE DANS LE « VERDISSEMENT » ?

Parfois, la démarche va encore plus loin. La production d’agneaux dans un troupeau peut devenir secondaire. Il s’agit de cas extrêmes bien sûr, mais en même temps ce sont de bons exemples du rôle que peut tenir le mouton dans le « verdissement » de notre société. Bien entendu, il ne s’agit pas là de simples « tondeuses à gazon », présentes sur tout notre territoire depuis des lustres, avec deux-trois moutons par-ci par-là, mais bel et bien de projets économiques (ou écologiques dans le cas de sites naturels) pour maintenir une biodiversité parfois en péril, avec un troupeau conséquent et une rémunération intéressante pour ce service rendu. Les éleveurs peuvent être partenaires de tels projets, mais ils peuvent aussi en devenir les instigateurs. Des collectivités locales ou des associations ayant en charge l’entretien d’un site naturel peuvent ainsi faire appel à une troupe ovine.
A l’étranger, ce sont même parfois des entreprises paysagistes qui investissent dans l’achat de brebis afin de les utiliser à la seul fin d’entretenir des espaces privés ou publics. Un Francilien s’est aussi récemment lancé dans ce business, devenant ainsi le seul éleveur ovin de Seine-Saint-Denis.

La suite dans Pâtre de janvier
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre