Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les ovins entretiennent les paysages

© lgeffroy
A l’heure où la politique agricole commune (PAC) « verdit » et où les éleveurs prennent de plus en plus en compte l’aspect environnemental pour la conduite de leurs troupeaux, c’est l’occasion de rappeler qu’en France et dans le monde, le mouton peut être un outil utilisé à d’autres fins que la production de laine, de viande ou de fromage. 
Il peut en effet rendre de grands services en matière de protection de sites naturels, et contribuer à maintenir la biodiversité floristique et faunistique. On ne pourra donc que regretter les récentes campagnes antiviande qui affirment que la viande d’agneau est la plus polluante ! C’est sans tenir compte de la capacité des ovins à façonner les paysages. Sur certains terrains très difficiles, en montagne par exemple, ce sont même les seuls animaux de rente à pouvoir pâturer et donc lutter contre l’enfrichement des terres. Il est temps que la protection de l’environnement, la notion d’agriculture durable, soient mises en avant par les producteurs ovins, car c’est ce qu’ils pratiquent sans le dire trop fort depuis des décennies.

QUEL RÔLE DANS LE « VERDISSEMENT » ?

Parfois, la démarche va encore plus loin. La production d’agneaux dans un troupeau peut devenir secondaire. Il s’agit de cas extrêmes bien sûr, mais en même temps ce sont de bons exemples du rôle que peut tenir le mouton dans le « verdissement » de notre société. Bien entendu, il ne s’agit pas là de simples « tondeuses à gazon », présentes sur tout notre territoire depuis des lustres, avec deux-trois moutons par-ci par-là, mais bel et bien de projets économiques (ou écologiques dans le cas de sites naturels) pour maintenir une biodiversité parfois en péril, avec un troupeau conséquent et une rémunération intéressante pour ce service rendu. Les éleveurs peuvent être partenaires de tels projets, mais ils peuvent aussi en devenir les instigateurs. Des collectivités locales ou des associations ayant en charge l’entretien d’un site naturel peuvent ainsi faire appel à une troupe ovine.
A l’étranger, ce sont même parfois des entreprises paysagistes qui investissent dans l’achat de brebis afin de les utiliser à la seul fin d’entretenir des espaces privés ou publics. Un Francilien s’est aussi récemment lancé dans ce business, devenant ainsi le seul éleveur ovin de Seine-Saint-Denis.

La suite dans Pâtre de janvier
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre