Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En Nouvelle-Zélande
Les Ovinpiades mondiales battent leur plein

Benoit Vogin, du lycée agricole de Château Salins (57) et Aurélien Thierry, du lycée agricole de Pixérécourt (54) participent actuellement à la première finale mondiale des Ovinpiades en Nouvelle-Zélande.

Duo de tête lorrain des Ovinpiades des Jeunes Bergers 2011, Benoit Vogin et Aurélien Thierry ont l'honneur de représenter la France, lors de la finale mondiale des Ovinpiades des Jeunes Bergers en Nouvelle-Zélande. En Irlande en juin dernier, ils se sont déjà illustrés lors de la finale européenne des Ovinpiades, qui pour la première fois se déroulait hors de l'hexagone. En effet, Benoît Vogin a remporté le titre de Meilleur Jeune Berger Européen et Aurélien a obtenu la 4ème place.
La France participe à la première « Coupe du Monde des Jeunes Bergers » à Oamaru. Une délégation de la filière ovine accompagne les trois champions sur cette terre lointaine à forte tradition moutonnière. Onze nations (Angleterre, Argentine, Australie, Ecosse, France, Irlande, Irlande du Nord, Nouvelle-Zélande, Pays de Galles, Uruguay, Etats Unis) concourrent lors de ce championnat. Rien n'est épargné à nos champions, les épreuves sont différentes des précédentes finales.

Mardi 1er novembre

• Pose de clôture : chaque concurrent doit réaliser une clôture selon le modèle proposé et tendre 2 fils. Des points de bonus sont attribués pour le respect du temps, l'usage correct des outils, l'organisation du chantier et la sécurité.

• Quad : les candidats ont 12 minutes pour réaliser 3 tâches : vérification de sécurité du matériel, piloter correctement le quad à travers un circuit balisé et atteler une remorque au quad pour y charger une brebis.

• Tri des moutons : ils doivent identifier la race et l'état corporel d'une brebis, puis compter et trier les moutons en 2 lots et déterminer l'âge de 3 moutons.

• Identification : ils doivent reconnaître des outils d'élevage, des organes, des carcasses, des maladies, des échantillons de laine et répondre à un QCM de 30 questions.

• Tonte : épreuve reine en Nouvelle-Zélande, chaque candidat tond 2 brebis. Les plus rapides se qualifient pour la finale : les points sont attribués pour la vitesse et la qualité du travail.

Mercredi 2 novembre

• Sprint du berger : les participants s'affrontent côte à côte au travers d'une série d'épreuves relatives au domaine agricole, testant leurs qualités de vitesse, d'endurance, leurs compétences et leur habileté.

• Visite de Totara Estate : c'est l'endroit où en 1882, pour la première fois, on a préparé de la viande congelé pour l'expédier à l'autre bout du monde. Les candidats visitent ce site historique qui constitue le lieu de naissance de la plus célèbre industrie d'exportation.

• Cross country : c'est un quiz avec un volet physique. Ils travaillent par équipes de 4 pour répondre aux questions relatives à Totara Estate, localiser différents objets sur le site et repérer des points sur la colline voisine.

Les 22 participants recevront tous un certificat de participation. A titre individuel, les candidats concourront pour le trophée mondial des Jeunes Bergers et une bourse de développement professionnel international d'un montant de 8 500 euros. Les binômes lauréats gagneront un morceau d'une stupéfiante œuvre d'art néo-zélandaise. Les champions du Sprint des bergers remporteront un mystérieux prix et ceux du Cross country, la somme de 550 euros.

Cette finale mondiale est organisée par « Beef and Lamb New-Zealand » et « New-Zealand Young Farmers », avec le Ministère néo-zélandais des Affaires étrangères et du commerce. Outre les épreuves, les délégations en profiteront pour visiter d'autres sites, fermes moutonnières bien sûr, et lieux culturels.

Le palmarès sera mis en ligne à partir du 3 novembre sur le blog http://ovinpiades.hautetfort.com/ ainsi que des photos des épreuves

Les « Ovinpiades », un concours à forte valeur ajoutée

La dimension mondiale de ce concours permet à l'élevage français de renforcer les liens intercommunautaires avec les autres pays à tradition moutonnière et de créer une dynamique commune pour travailler de concert.

Ainsi, ces jeux olympiques du mouton en France, en Irlande ou en Nouvelle-Zélande sont l'une des illustrations des nombreuses actions qui peuvent être menées. La filière ovine de l'Union Européenne souhaite, en effet, créer un réseau européen de la formation agricole afin de développer des partenariats et des échanges pour répondre à la problématique commune de la formation et de l'installation des éleveurs ovins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre