Aller au contenu principal

Les Ovinpiades des jeunes bergers voient la vie en rose

Les Ovinpiades des territoires commencent en novembre. C’est l’occasion pour les jeunes de montrer leurs compétences sur les gestes de l’élevage ovin, en vue de la finale nationale qui se tiendra au Salon de l’agriculture à Paris.

Les sélections régionales mènent à la finale nationale. L'enjeu est de taille, les meilleurs jeunes bergers se disputeront le titre 2022 sur le grand ring du Salon de l'agriculture à Paris..
Les sélections régionales mènent à la finale nationale. L'enjeu est de taille, les meilleurs jeunes bergers se disputeront le titre 2022 sur le grand ring du Salon de l'agriculture à Paris..
© B. Morel

Les Ovinpiades des jeunes bergers reviennent en pleine forme pour leur 17e édition. Cette compétition est organisée par Interbev Ovins et l’ensemble de la filière ovine pour promouvoir le métier d’éleveur ovin et susciter des vocations auprès des élèves des établissements agricoles. Chaque année, plus de 750 jeunes issus des établissements d’enseignements agricoles y participent.

Plus que jamais, la filière ovine offre des perspectives d’avenir à des jeunes candidats à l’installation. Le nombre de départs à la retraite étant toujours croissant et de nombreuses fermes sont à reprendre… De plus, la conjoncture économique est excellente. En 2020, le prix moyen pondéré des agneaux de boucherie était de 6,99 euros du kilo. En 2021, il est de 7,29 euros du kilo. En 10 ans, le prix des agneaux n’a jamais été aussi élevé. Les opportunités ne manquent pas !

En novembre, les finales territoriales des Ovinpiades des jeunes bergers débutent. Pour être les meilleurs de leur territoire, les candidats doivent réussir avec brio les épreuves théoriques et pratiques, inspirées des gestes quotidiens de l’éleveur, comme trier des brebis à l’aide d’un lecteur électronique, apprécier la santé d’une brebis, évaluer son état corporel, lui parer ses onglons ou encore choisir un bélier… Les deux candidats arrivés en tête du classement de la finale territoriale auront l’honneur de concourir pour le titre national lors de la finale, le samedi 26 février 2022, au Salon international de l’agriculture à Paris.

En plus des Ovinpiades individuelles, une épreuve collective existe et allie réflexion et créativité. Pour l’édition 2022, les candidats devront élaborer des « tutos » sur l’élevage ovin, selon trois thèmes imposés : alimentation, sanitaire et bâtiment/équipement. À vos caméras !

Déjà engagée dans le recrutement des éleveurs de demain, la filière ovine, à travers les Ovinpiades, souhaite donner des garanties à ses futures éleveuses. Et pour cela, elle mise sur la prévention. C’est pourquoi, la filière a décidé de se joindre au mouvement d’Octobre rose. Pour chaque tee-shirt réalisé dans le cadre des Ovinpiades, un euro a été reversé pour la lutte contre le cancer du sein.

« La lutte contre le cancer du sein est importante pour notre filière qui est l’une des plus féminisées du secteur de l’élevage. Près de trois éleveurs de brebis sur dix sont en réalité des éleveuses. S’assurer de leur bonne santé, par la prévention, l’anticipation permet la pérennité de leur ferme », souligne Patrick Soury, président du programme Inn’ovin.

Pour en savoir plus sur l’épreuve des collectives, rendez-vous sur https://www.inn-ovin.fr/ovinpiades-des-jeunes-bergers/
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
La rencontre d'une ourse suitée est le cas le plus dangereux car elle peut avoir des réactions imprévisibles si elle sent du danger pour ses petits.
Ces bergers qui ont croisé l’ours
Durant l’été 2020, deux bergers ont été confrontés directement à des ours qui passaient à proximité de leurs troupeaux. La…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
François Bouclet, 25 ans, utilise un quad, outil indispensable pour réaliser les clôtures sur les parcelles de couverts.
« Ma troupe pâture chez les voisins plus de six mois par an »
À Louches dans le Pas-de-Calais, François Bouclet s’est installé en janvier 2020 sur la ferme familiale. Il a fait évoluer l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre