Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Jeunes bergers
Les ovinpiades 2012 lancées à Strasbourg

La finale européenne de labour organisée par les Jeunes agriculteurs, a également accueilli les ovinpiades des jeunes bergers. Une dizaine d’éleveurs ont jugé pour cette régionale des élèves du lycée d’Obernai.

© lgeffroy

L’Alsace, avant dernier bastion à conquérir pour les Ovinpiades, vient d’être acquis ! C’est en effet l’une des deux dernières régions de la France continentale avec la Haute-Normandie qui ne participaient pas à cet événement national, qui a grossit petit à petit au fil des ans. Mais pour la septième édition, elle s’est rattrapée en donnant le coup d’envoi des sélections régionales.

Les Terres à l’Envers, finale européenne de labour organisée par les Jeunes agriculteurs, a été le siège de ces épreuves à Oberhausbergen. Interbev Ovins, la chambre d’agriculture et le syndicat ovin du Bas-Rhin se sont mobilisés pour former les terminales bac pro option productions animales du lycée d’Obernai. En tout, une dizaine d’éleveurs se sont impliqués depuis mars dernier. « Je les ai reçus sur mon exploitation, pour les entraîner au tri et à la note d’état corporel, car certains jeunes n’avaient jamais travaillé avec des ovins. Je leur ai montré ce qu’est un atelier bergerie » explique Raphaël Bottemer, éleveur à Hindisheim. « C’est bien de voir que des jeune s’intéressent à la production ovine. Mais pour s’installer, ce n’est pas facile ici, à cause du foncier » regrette pour sa part Stéphane Huchot, de Prouschdorf.

Confiance en l’animal

Les jeunes se sont pris au jeu, car seul un d’entre eux à des moutons à la maison. « Au niveau local, c’est une réussite, note Jean-Pierre Saulet-Moes, le technicien de la chambre d’agriculture. Cette mise en situation réelle les intéresse davantage que de la théorie. Les filles, par exemple, réticentes au départ, ont rapidement été en confiance avec l’animal ».

Dix-sept jeunes se sont donc affrontés au quizz, à l’évaluation de la note d’état corporel, au tri des brebis équipés de boucles électroniques, au parage des onglons et à l’épreuve de quad.

Le trio de tête est constitué de Damien Bronn, Florian Sturtzer et Stéphane Scharrenberger. Damien et Florian, tous deux originaires du Bas-Rhin, issus du milieu agricole et passionnés d’élevage, participeront avec tous les autres finalistes des vingt régions participantes à la finale nationale qui aura lieu samedi 25 février au Salon International de l’Agriculture à Paris. Tous deux ont surtout apprécié « le contact avec l’animal » et ont redouté « l’épreuve du parage qui nécessite de la force ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre