Aller au contenu principal

Jeunes bergers
Les ovinpiades 2012 lancées à Strasbourg

La finale européenne de labour organisée par les Jeunes agriculteurs, a également accueilli les ovinpiades des jeunes bergers. Une dizaine d’éleveurs ont jugé pour cette régionale des élèves du lycée d’Obernai.

© lgeffroy

L’Alsace, avant dernier bastion à conquérir pour les Ovinpiades, vient d’être acquis ! C’est en effet l’une des deux dernières régions de la France continentale avec la Haute-Normandie qui ne participaient pas à cet événement national, qui a grossit petit à petit au fil des ans. Mais pour la septième édition, elle s’est rattrapée en donnant le coup d’envoi des sélections régionales.

Les Terres à l’Envers, finale européenne de labour organisée par les Jeunes agriculteurs, a été le siège de ces épreuves à Oberhausbergen. Interbev Ovins, la chambre d’agriculture et le syndicat ovin du Bas-Rhin se sont mobilisés pour former les terminales bac pro option productions animales du lycée d’Obernai. En tout, une dizaine d’éleveurs se sont impliqués depuis mars dernier. « Je les ai reçus sur mon exploitation, pour les entraîner au tri et à la note d’état corporel, car certains jeunes n’avaient jamais travaillé avec des ovins. Je leur ai montré ce qu’est un atelier bergerie » explique Raphaël Bottemer, éleveur à Hindisheim. « C’est bien de voir que des jeune s’intéressent à la production ovine. Mais pour s’installer, ce n’est pas facile ici, à cause du foncier » regrette pour sa part Stéphane Huchot, de Prouschdorf.

Confiance en l’animal

Les jeunes se sont pris au jeu, car seul un d’entre eux à des moutons à la maison. « Au niveau local, c’est une réussite, note Jean-Pierre Saulet-Moes, le technicien de la chambre d’agriculture. Cette mise en situation réelle les intéresse davantage que de la théorie. Les filles, par exemple, réticentes au départ, ont rapidement été en confiance avec l’animal ».

Dix-sept jeunes se sont donc affrontés au quizz, à l’évaluation de la note d’état corporel, au tri des brebis équipés de boucles électroniques, au parage des onglons et à l’épreuve de quad.

Le trio de tête est constitué de Damien Bronn, Florian Sturtzer et Stéphane Scharrenberger. Damien et Florian, tous deux originaires du Bas-Rhin, issus du milieu agricole et passionnés d’élevage, participeront avec tous les autres finalistes des vingt régions participantes à la finale nationale qui aura lieu samedi 25 février au Salon International de l’Agriculture à Paris. Tous deux ont surtout apprécié « le contact avec l’animal » et ont redouté « l’épreuve du parage qui nécessite de la force ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre