Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Elevage ovin
Les déficits dus à la sécheresse en Europe risquent de provoquer des tensions sur les marchés

Les pays du Sud et de l´Est de l´Europe n´ont pas été épargnés par la sécheresse de cet été 2003. Les pertes de rendement et de fourrages présentes et à venir risquent de peser sur le marché européen.


Comme en France, la sécheresse a été nettement plus forte sur le Sud et l´Est de l´Europe que sur le Nord-ouest, même si les records de température ont aussi été battus à Londres et à Amsterdam.
D´après les prévisions de rendement des services de la Commission, à partir des données météorologiques, c´est l´Italie qui semble la plus affectée par la sécheresse avec des baisses de rendement de 12 % pour le blé (récolté) et estimées à 25 % pour le maïs grain et à plus de 40 % pour le tournesol et les prairies. Cependant, compte tenu de l´importance de l´irrigation, notamment pour le maïs, la perte de rendement devrait être plus limitée et ne semble pas trop freiner les achats de broutards français pour le moment. Par contre, certaines régions laitières, notamment la zone Parmesan, n´utilisant pas d´ensilage de maïs mais de la luzerne et des prairies non irriguées, pourraient être plus lourdement pénalisées.
©D. R.

Pour l´Espagne, le Portugal et la Grèce, la récolte des céréales à paille semble peu affectée et les prévisions pour le maïs sont plutôt optimistes, malgré la sécheresse observée. Les dégâts sont plus marqués sur les prairies et les luzernières non irriguées, ce qui devrait se traduire par un déficit fourrager assez important, notamment pour les élevages de brebis et chèvres, comme pour le troupeau bovin allaitant.
Pour l´Allemagne et l´Autriche, la récolte de blé serait également réduite de près de 5 à 10 % mais les prévisions restaient assez optimistes pour le maïs grain ... En fait, c´est surtout le maïs fourrage qui représente l´essentiel des surfaces en maïs et des stocks d´hiver du troupeau laitier en Allemagne dont les rendements restent incertains. Parallèlement, les prairies ont également souffert du manque d´eau et des températures extrêmes.

Pour les pays du Nord-Ouest : Benelux, Danemark et dans une moindre mesure le Royaume-uni, les céréales et les maïs sont corrects, par contre les prairies ont été pénalisées avec un ou deux mois de pâturage en moins et des stocks d´hiver un peu plus limités. Seules l´Irlande, la Finlande et la Suède auraient des stocks fourragers normaux.
Enfin, la sécheresse a également touché très fortement une bonne partie des Peco, depuis la République Tchèque jusqu´à la Roumanie ainsi que les Balkans et l´Ukraine, avec de fortes pertes de rendement en céréales et fourrages.
Par conséquent, la somme de ces différents déficits en céréales et fourrages risque de provoquer des tensions sur les marchés. Un chiffrage plus précis devient urgent pour limiter les spéculations et les découragements.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre