Aller au contenu principal

DOSSIER
Les circuits courts jouent collectif

Les points de vente de produits fermiers ne sont plus de simples magasins. Internet a changé les habitudes des consommateurs et les agriculteurs se sont adaptés.

© chambre d'agriculture de Gironde

Récompensée par un grand prix de l’innovation de la ville de Paris décerné en décembre 2013, La ruche qui dit oui! facilite les relations directes entre producteurs et consommateurs, par le biais de commandes effectuées sur internet. Lancé il y a trois ans, le concept a séduit 60 000 membres et 2 000 producteurs à ce jour. Le coût de l’adhésion est nul et le consommateur ne s’engage pas, à la différence des Amap.
Les points de vente collectifs sont désormais virtuels. La formule a évolué depuis 1978, où elle est apparue près de Lyon, grand bassin de consommation, sous le nom d’« uniferme ». Une dizaine d’agriculteurs de productions différentes décident de s’associer pour vendre en circuit court. Depuis, il y a eu l’ouverture de beaucoup d’autres points de vente, souvent installés à proximité d’une grande surface en accord avec celle-ci.
L’avantage de se réunir pour créer une telle entité est de pouvoir mutualiser les investissements et le travail lié à la préparation et la livraison des aliments. Le fait d’associer plusieurs productions répond à une demande du consommateur. Cela permet de satisfaire une clientèle friande de diversité et de nouveaux produits. Pour le client, les prix ne sont pas plus élevés qu’en grande surface car les producteurs suppriment les intermédiaires et réduisent les distances parcourues.
Pour fidéliser une clientèle, sans forcément passer de contrat avec elle, les exemples d’initiatives sont nombreuses.

En général, la clé du succès repose sur une identification forte du territoire, liaison entre les
producteurs qui peuvent créer une marque collective. Pour asseoir cette identité, les producteurs organisent souvent en complément des journées portes ouvertes à la ferme avec des dégustations.
D’après une étude de l’Institut de l’élevage, la tendance observée en circuit court va vers le regroupement en un lieu donné d’un maximum de références, proposant à la vente une gamme de produits variés. Certains points de vente gérés par des agriculteurs ont ainsi plus de mille références produits, ouverts six jours sur sept et sur des tranches horaires importantes. Autre
façon de retenir le consommateur, lui faciliter la vie. Terroirs sur la route, Cuma localisée dans les Pays de la Loire, a investi dans un véhicule frigorifique. Au départ, la coopérative avait pensé à investir dans un local commun puis elle a opté pour un camion, beaucoup moins cher, avec sept points de livraison, ce qui permet de se rapprocher des clients.

Autre exemple, les producteurs d’Agrilocal, qui ont choisi de fournir la restauration collective, car les cantines sont de plus en plus en demande de produits locaux.

La suite dans Pâtre janvier 2014

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre