Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

DOSSIER
Les circuits courts jouent collectif

Les points de vente de produits fermiers ne sont plus de simples magasins. Internet a changé les habitudes des consommateurs et les agriculteurs se sont adaptés.

© chambre d'agriculture de Gironde

Récompensée par un grand prix de l’innovation de la ville de Paris décerné en décembre 2013, La ruche qui dit oui! facilite les relations directes entre producteurs et consommateurs, par le biais de commandes effectuées sur internet. Lancé il y a trois ans, le concept a séduit 60 000 membres et 2 000 producteurs à ce jour. Le coût de l’adhésion est nul et le consommateur ne s’engage pas, à la différence des Amap.
Les points de vente collectifs sont désormais virtuels. La formule a évolué depuis 1978, où elle est apparue près de Lyon, grand bassin de consommation, sous le nom d’« uniferme ». Une dizaine d’agriculteurs de productions différentes décident de s’associer pour vendre en circuit court. Depuis, il y a eu l’ouverture de beaucoup d’autres points de vente, souvent installés à proximité d’une grande surface en accord avec celle-ci.
L’avantage de se réunir pour créer une telle entité est de pouvoir mutualiser les investissements et le travail lié à la préparation et la livraison des aliments. Le fait d’associer plusieurs productions répond à une demande du consommateur. Cela permet de satisfaire une clientèle friande de diversité et de nouveaux produits. Pour le client, les prix ne sont pas plus élevés qu’en grande surface car les producteurs suppriment les intermédiaires et réduisent les distances parcourues.
Pour fidéliser une clientèle, sans forcément passer de contrat avec elle, les exemples d’initiatives sont nombreuses.

En général, la clé du succès repose sur une identification forte du territoire, liaison entre les
producteurs qui peuvent créer une marque collective. Pour asseoir cette identité, les producteurs organisent souvent en complément des journées portes ouvertes à la ferme avec des dégustations.
D’après une étude de l’Institut de l’élevage, la tendance observée en circuit court va vers le regroupement en un lieu donné d’un maximum de références, proposant à la vente une gamme de produits variés. Certains points de vente gérés par des agriculteurs ont ainsi plus de mille références produits, ouverts six jours sur sept et sur des tranches horaires importantes. Autre
façon de retenir le consommateur, lui faciliter la vie. Terroirs sur la route, Cuma localisée dans les Pays de la Loire, a investi dans un véhicule frigorifique. Au départ, la coopérative avait pensé à investir dans un local commun puis elle a opté pour un camion, beaucoup moins cher, avec sept points de livraison, ce qui permet de se rapprocher des clients.

Autre exemple, les producteurs d’Agrilocal, qui ont choisi de fournir la restauration collective, car les cantines sont de plus en plus en demande de produits locaux.

La suite dans Pâtre janvier 2014

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre