Aller au contenu principal

Cinéma
Les brebis, stars du grand écran

Cet hiver, le grand écran met les petits ruminants à l’honneur avec deux films sur des éleveurs ovins. Sweetgrass partage la dernière transhumance d’un troupeau américain de 3 000 têtes.

Sweet grass
Sweet grass
© production
Le dernier western américain ne raconte pas une histoire de cow-boys mais celle de bergers, les derniers des Etats-Unis. Lawrence Allestad et son jeune cousin accompagnent un troupeau de plus de 3 000 brebis et agneaux mérinos vers les pâturages en haut des montagnes du Montana, au Nord-Est du pays.
Filmé au plus près des bêtes et des hommes, Sweetgrass révèle la vie des derniers bergers américains. Cinq semaines sont nécessaires aux hommes, aux chiens, aux chevaux et aux moutons pour parcourir, à pied et à pattes, les 250 kilomètres qui séparent le ranch des sommets d’Absaroka-Beartooth.
Par ce long cheminement, les bergers perpétuent une tradition transmise de génération en génération depuis que la famille d’origine norvégienne a conquis ces terres délaissées du Far-West. Malgré la beauté des paysages, le travail là-haut reste rude et la solitude pèse. Ces authentiques cowboys jurent après leurs bêtes et pleurent même parfois.

POÉSIE MÉLANCOLIQUE

Le film a été réalisé par Lucien Castaing- Taylor, un professeur d’ethnographie de la célèbre université de Harvard à Boston. Il s’attache à montrer avec mélancolie l’attachement des hommes et des bêtes. En suivant les bergers pendant trois étés, il est devenu l’un des leurs et a fait oublier sa caméra. Revenu avec plus de 200 heures de pellicules, le cinéaste anthropologue a réalisé un film poétique où « les bergers se reconnaissent vraiment comme bergers, pas comme des stéréotypes ». Ce documentaire sans commentaire ne se limite pas à la perspective des hommes. « En me mettant à la hauteur des moutons, j’ai aussi voulu montrer ce qu’est être une brebis » explique Lucien Castaing-Taylor.
Ce sentiment de proximité avec l’animal est renforcé par des prises de sons réalisés grâce à des micros placés sur les bêtes et les hommes. Quand des milliers de brebis envahissent l’écran, on devient presque l’une d’entre elles et on tremble aussi quand le loup et le grizzly rodent autour du troupeau. Ce film-documentaire a rencontré un succès inattendu aux États-Unis en engrangeant plus de 200 000 dollars de recettes. Ce western moderne et non productiviste pourrait aussi séduire les éleveurs français qui trouveront là un intéressant reportage sur les techniques d’Outre-Atlantique.

Sortie le 14 décembreLa lutte paysanne en images

Vous n’étiez pas au Larzac dans les années soixante-dix ? Ce n’est pas grave. Le film de Christian Rouaud Tous au Larzac nous raconte en détail la lutte des paysans pour leur survie. Le documentaire de près de deux heures mixent témoignages et images d’archives pour nous expliquer comment les éleveurs de « ce pays déshérité » ont refusé d’être expropriés pour l’agrandissement d’un camp militaire.
Tenaces, les paysans respecteront leur engagement de ne jamais céder la terre. Unis pour la sauver, les acteurs improvisés de la lutte se sont révélés être des organisateurs qui ont su décuplé leur force en médiatisant leurs actions.Toujours non violente, souvent inventive, leur mobilisation résistante a pris la forme de manifestations, de marches pacifiques, d’occupations des fermes ou de vastes rassemblements à la Woodstock attirant près de 100000 personnes sur le plateau. Émouvant et drôle, ce film nous fait vibrer au rythme des avancées et doutes de Léon Maillé, Marizette Tarlier, Michel Courtin ou José Bové. Les images restent gaies malgré les enjeux potentiellement dramatiques de ce conflit qui dura dix ans, de 1971 à 1981. 

Sortie le 23 novembre
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre