Aller au contenu principal

Les brebis rendent service dans la forêt

De seulement tolérée à rémunérée, la présence des ovins en forêt a évolué au fil de l’histoire.

L’homme a toujours prélevé dans la forêt ce qui était nécessaire à l’alimentation de ces animaux. Ces pratiques permettant le prélèvement de l’herbe et des fruits des arbres pouvaient être limitées dans le temps par des usages locaux ou des lois. Elles nécessitaient un gardiennage assez simple confié le plus souvent à un pâtre, désigné par l’administration paroissiale pour garder les troupeaux communaux, les emmener paître hors du village et les ramener le soir. Si la chèvre a souvent été bannie des forêts, les porcs et les moutons étaient tolérés, car sans eux, pas de graisse, pas de fibres… Mais un changement de la perception des animaux dans la forêt s’est produit dès les années 1960 avec le déclin de l’élevage extensif, le développement d’une forme de nostalgie rurale, puis la prise de conscience de l’intérêt que pouvaient présenter les animaux comme débroussailleuse.

Un accompagnement permanent du troupeau

La forêt de Fontainebleau se caractérise par une forte diversité et la présence de landes, emblématiques de la zone… L’Office national des forêts a choisi d’y maintenir un milieu ouvert pour conserver les cortèges végétaux historiquement observés. Mais le maintien de ce milieu artificiellement ouvert coûte assez cher et n’est pas économiquement durable. L’ONF a donc été décidé de remplacer les landes sèches par des landes humides, pâturées. Il fallait pour cela trouver un berger intéressé pour emmener ses bêtes ici. « C’est un projet qui nécessite un accompagnement permanent du troupeau, il fallait donc quelqu’un de particulièrement motivé » soulève Franck Jacobee de l’ONF. C’est ainsi qu’Alexandre Faucher est arrivé dans la zone avec une centaine de brebis après un passage par une couveuse d’activités agricoles. « Quand on se lance dans un projet agricole sans être issu du milieu agricole, on commence par ce qu’on peut trouver » explique-t-il. Le troupeau est mené dans la forêt en gardiennage avec un border collie la plupart du temps. « C’est la diversité de l’offre alimentaire qui permet aux brebis de manger à leur faim. Mais j’ai aussi quelques parcs, dans des zones de réserve, pour la nuit ou pour les agnelages ». L’objectif du jeune éleveur est d’avoir 300 brebis d’ici cinq ans. La surface forestière disponible (100 ha de concession) paraît suffisante pour cela. Mais l’éleveur est encore à la recherche d’un lieu d’hivernage pour quitter la forêt l’hiver pour laisser place à la chasse à cours et y installer son siège d’exploitation.

Une prestation de débroussaillage rémunérée

Le berger est rémunéré par l’ONF et les différents partenaires de la démarche pour sa prestation de débroussaillage avec une mise de départ de 100 000 euros puis une prestation de 10 000 euros par an. Le premier bilan est très positif. Après un an, les animaux sont bien adaptés et commencent à s’attaquer aux résineux. Il a de plus été assez facile de mobiliser la population pour des travaux bénévoles de foresterie. Parmi les difficultés, on peut noter le partage de l’espace avec les autres usagers : chiens, sportifs, enfants… Par ailleurs tous les déplacements du troupeau se font à pied. Cela permet de faire participer les clients de l’Amap mais il faut arriver à concilier cela avec le réseau routier donc s’organiser en avance pour obtenir des arrêtés préfectoraux. L’engraissement des agneaux est lent et l’éleveur abat aujourd’hui des agneaux de 20 kilos de poids vif seulement, mais qui ne lui coûtent rien à produire. Il travaille avec une base solognote croisée avec différents béliers bouchers pour rajouter de la conformation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Les éleveurs ovins britanniques craignent les conséquences du Brexit.
Brexit et Covid-19 vus du Royaume-Uni
Le Financial Times montre dans une vidéo de sept minutes comment l’élevage ovin britannique est menacé par le Brexit et le…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre