Aller au contenu principal

Paris Match du 18 juillet 2016
Les bergères sont dans les prés

Le journaliste Vincent Noyons est allé à la rencontre de quatre bergères, elles y livrent dans des témoignages forts leurs difficultés à se faire une place dans un monde d’hommes, leur amour pour les animaux. Le journaliste dresse le portrait, de Marie, Cécile, Aurore et Catherine, quatre femmes fortes aux parcours hors du commun. Il raconte la vie de celles qui, chaque été, enfilent leurs godillots pour rejoindre les alpages. Là-haut, sur la montagne, les bergères vivent quatre mois de solitude, de dureté et aussi de joie en compagnie de leurs brebis et de leurs chiens de troupeau. Un choix de vie audacieux pour ces femmes souvent jeunes, qui, depuis une quinzaine d’années, sont de plus en plus nombreuses à rejoindre la profession.

700 brebis qui ne passent plus

Centre Presse Aveyron du 25 août 2015

Chaque été, de la mi-août à la fin septembre, lorsque l’herbe se fait plus rare dans les prairies, Bernard Ségala conduit ses bêtes sur les pâturages du plateau en traversant une partie du village de Sévérac-d’Aveyron. Mais cette année un arrêté municipal a été émis l’empêchant désormais de traverser le village avec son troupeau et de rejoindre ses 30 hectares de pâturage. Pour l’éleveur, les retombées économiques pourraient s’avérer néfastes "cela met en péril notre exploitation", insiste l’homme. D’autant plus que le passage est interdit seulement aux ovins et pas aux bovins. Le maire de la nouvelle commune de Sévérac-d’Aveyron ne s’est pas exprimé sur l’affaire mais a juste confié que des négociations étaient en cours.

Faire face aux antiviandes

Réussir Bovins Viande le 2 septembre 2015

Les multiples accusations auxquelles la viande est régulièrement confrontée dans de trop nombreux médias se sont retrouvées au cœur des débats lors du dernier congrès Bétail et Viande organisé fin juin par la Fédération nationale de l’industrie et des commerces en gros des viandes (FNICGV) à Bordeaux. « Pas une journée ne se passe sans que notre service presse nous fasse écho d’une émission TV ou radio ou d’un article dénigrant la viande ou l’élevage », expliquait Bruno Dufayet, éleveur dans le Cantal et président de la commission des enjeux sociétaux d’Interbev. Plusieurs professionnels ont donc avancé des arguments pour contrer la communication des antiviandes et redorer l’image de la viande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre