Aller au contenu principal

Les agriculteurs européens unis pour des soutiens directs ambitieux

Invités à débattre de la PAC d’après 2013, plusieurs syndicats agricoles européens ont affiché leur rassemblement autour d’un budget stable et d’un premier pilier fort.

La politique agricole commune (PAC) qui sera mise en oeuvre après 2013 s’est forcément invitée au 64e congrès de la FNSEA d’Auxerre, le 1er avril. Plusieurs syndicats agricoles d’Etats membres de l’Union européenne en ont débattu autour d’une table ronde. Français, Espagnols, Allemands, Britanniques, Irlandais, Hongrois sont au moins d’accord sur une chose : la PAC doit rester une politique économique avec un premier pilier, celui des paiements directs, « fort ». Car dans le cas contraire, selon le président du Comité des organisations professionnelles agricoles de l’UE (COPA), représentant les agriculteurs européens, Padraig Walshe, « il n’y aura plus assez d’agriculteurs pour produire une alimentation sûre pour les consommateurs européens, protéger les campagnes européennes et leur environnement ». Les agriculteurs savent désormais qu’il faut convaincre les consommateurs européens afin de relégitimer la PAC.

MODULATION: QUEL AVENIR?

Au nord comme au sud de l’Europe, on le redit : les agriculteurs ont besoin de soutiens directs car ils ne peuvent pas vivre des prix mondiaux avec leurs coûts de production plus élevés qu’ailleurs, en raison notamment de normes sociales et environnementales plus vertueuses.Corollairement, il y a consensus sur le main-tien d’un budget PAC à la hauteur des 55 milliards d’euros actuels au moins (0,4 % du PIB de l’ensemble de l’UE). Le président de la FNSEA, Jean-Michel Lemétayer, réclame de la part des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union « de l’ambition et un budget à hauteur des besoins, pour garantir l’efficacité des outils de marché, permettre une régulation indispensable ». Seulement, ce montant devra maintenant se partager entre 27 Etats. Quant au second pilier consacré au développement rural et aux mesures environnementales, les agriculteurs veulent son maintien avec un financement propre. Mais la plupart des syndicats agricoles – excepté le NFU anglais, du moins clairement – se satisferaient d’une abolition de la modulation des aides directes du premier vers le second pilier.

RÉGULATIONS ET ASSURANCES

Autre point où les agriculteurs européens se rejoignent, avec des nuances, la question de l’intervention publique sur les marchés et des régulations pour contrer la volatilité des prix agricoles. Du côté du NFU, on juge que le filet de sécurité « pour prévenir l’effondrement des marchés, doit être réduit au strict minimum ». Padraig Walshe, lui, milite pour une « gestion des marchés afin de prévenir les crises » au travers de l’intervention publique, de stocks de sécurité, d’un soutien aux exportations. Parallèlement, le COPA demande que les produits importés en Europe respectent les mêmes normes sociales, environnementales, sanitaires que s’impose l’UE. Le DBV allemand comme l’ASAJA espagnol y ajoutent des outils comme l’assurance récolte, cofinancés par l’UE.

Cependant, force est de constater des divergences sur le type de paiementsdirects. L’originalité est venue de Gerd Sonnleitner, le président du DBV, qui plaide pour une harmonisation européenne de l’attribution des aides PAC, différente selon les Etats.Tous sont d’accord pour maintenir des aides découplées, mais le bien-fondé des références historiques divise. Sans surprise, les Anglais militent pour des paiements « basés sur le foncier » et la fin de DPU liés à des références historiques, explique son président Peter Kendall. Le DBV plaide aussi pour leur « suppression progressive ».Mais Padraig Walshe s’oppose aux aides à l’hectare car « elles n’ont pas de lien avec ce que fait réellement l’agriculteur », leur préférant les DPU actuels dont le revenu de plus de 50 % d’agriculteurs européens dépend (environ 40 % en France), et « mis en place pour compenser la fin des prix garantis », rappelle-t-il. L’ASAJA et son président Ignacio Lopez Garcia Asenjo soutiennent cette posture. Enfin, Kornél Vancsura, représentant l’agriculture hongroise, souhaite que l’UE opère une différence dans l’attribution des aides PAC « entre ceux qui veulent produire pour le long terme et ceux qui ne veulent que des subventions ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre