Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pathologies ovines
Le stress du sevrage est à prendre en compte pour les coccidioses

Le comptage des coccidies doit être interprété selon la période qui précède ou suit le sevrage. Un essai réalisé au Lycée agricole de Saint-Affrique dans l´Aveyron le montre.


Les coccidioses affectent particulièrement les agneaux de bergerie. La contamination peut s´effectuer dès les premières heures de la vie par le milieu et par les brebis. Les coccidies parasitent alors l´intérieur des cellules du tube digestif qu´elles détruisent.

Un comptage riche d´enseignements après le sevrage
Pour apprécier le niveau d´infestation par ces parasites, il est possible de compter le nombre d´ookystes présents dans les crottes. Les coccidies ingérées par voie buccale sont éliminées sous forme d´oeufs, les ookystes, par les excréments après un cycle d´une durée d´environ trois semaines.
Le comptage permet donc d´apprécier le niveau de contamination des animaux et dans une certaine mesure l´effet produit sur la muqueuse intestinale. Les coccidies étant très pathogènes, un nombre élevé d´entre elles (plus de 100 000) signifie une destruction massive de la muqueuse intestinale qui s´associe souvent à une diarrhée et à un retard de croissance.
Une élimination plus faible est rarement associée à de l´entérite mais suffit à perturber l´assimilation des aliments ce qui altère l´indice de consommation.

Les nombreux comptages réalisés à ce jour montrent que sur des animaux très jeunes (moins de trois semaines), on retrouve très peu de coccidies. du fait de la faible durée de vie du parasite dans l´intestin. Cela explique que la coccidiose n´est pas visible avant l´âge de trois semaines.
De même, on sait que l´agneau se révèle capable de s´auto-immuniser au moins partiellement (acquisition d´une protection naturelle) et qu´après l´arrivée de cette charge d´oeufs, ces animaux n´excrètent plus qu´un faible nombre de parasites.
En revanche, sur des agneaux stressés par la mise en lots et par le sevrage, surtout s´il est précoce tel qu´en production d´agneau de Roquefort, l´élimination des ookystes devient bien plus massive et peut dépasser le million par gramme de crottes.
©D. R.

Ecarts considérables dans l´excrétion
L´essai réalisé au Lycée agricole La Cazotte à Saint-Affrique en 2003 et publié aux Journées Recherches Ruminants met bien en évidence ce phénomène. Au jour du sevrage, l´excrétion des ookystes est faible et elle s´accroît de façon considérable 21 jours après, tant pour le lot non traité que pour les deux autres lots ayant reçu un traitement à base d´extraits végétaux via l´aliment dont l´Eimericox. Par contre, avec un traitement dans l´alimentation avec du décoquinate (anticcocidien non antibiotique), cette excrétion de coccidies apparaît faible dès 21 jours après le sevrage et notamment par rapport aux autres lots : environ 13 000 ookystes contre 300 000 avec les extraits végétaux et 400 000 avec le lot témoin. Le niveau de croissance des agneaux est cependant affecté durant cette période en fonction du degré d´infestation constaté sur le témoin (309 g) et les lots traités. (327 g pour le décoquinate) et 302 g au plus pour les autres.
Cette étude confirme l´intérêt de mettre à disposition des animaux un anticoccidien efficace dès le sevrage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre