Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le pastoralisme est-il agro-écologique ?

L’Association française de pastoralisme a organisé un riche débat pour positionner le pastoralisme vis-à-vis du très actuel concept de l’agro-écologie.

L’amphithéâtre était complet ce jeudi 19 novembre 2015 à Montpellier Supagro pour le séminaire de l’Association française de pastoralisme. L’objectif de cette journée était « de réunir une diversité d’acteurs autour du pastoralisme et de l’agro-écologie » a précisé Magali Jouven, enseignante-chercheuse à Montpellier Supagro et directrice scientifique de ce séminaire.

Recherche d’efficience autant que de productivité

Défini dans les années soixante-dix comme des « agrosystèmes qui sont à la fois productifs, économes en ressources naturelles, socialement justes et économiquement viables », le concept de l’agro-écologie est redevenu très actuel. Les systèmes pastoraux peuvent-ils prétendre à ces fondements ? Pour Laurent Garde du Cerpam, les systèmes pastoraux sont dotés de nombreux atouts favorables à ce principe. Ce sont de systèmes qui doivent « faire avec » les milieux naturels, ils utilisent des espaces-ressources hétérogènes, « ils recherchent avant tout l’efficience plutôt que la productivité » et ils ont une certaine capacité d’adaptation, ne serait-ce que par la diversité des systèmes pastoraux existants.

Des brebis dans les bruyères et dans les vignes

Les zones de callunes, bruyères, molinies, ronces et même fougères sont ainsi intégrées au calendrier de pâturage de Cédric Deguillaume, éleveur d’ovins viande et producteur de myrtilles depuis huit ans dans le Limousin, « au pays de la bruyère », venu témoigner de l’évolution de sa ferme. En participant au groupe d’échanges et de partage des savoirs sur l’amélioration de l’autonomie et de l’économie (groupe animé par le Civam), il a mis progressivement en place une gestion fine de son pâturage en utilisant les ressources pastorales à disposition.

Ce premier séminaire sur le pastoralisme et l’agro-écologie a permis d’apporter des pistes de réflexion et des suggestions d’évolution. Parmi le public, des viticulteurs associant des troupeaux pour gérer l’enherbement de leurs vignes, ont aussi appelé à intégrer davantage de collectifs et à élargir les visions.

Toutes les présentations du séminaire sont téléchargeables sur www.pastoralisme.net/Rubriques « programmes et documents »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre